AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion
Video Anniversaire
Recrutement

Que vous Soyez un Voyageur, une jeune Elue en quête d'aventures ou un simple curieux, Soyez le bienvenu dans notre Antre ... .

Fiers bretteurs, forts en gouaille, fervents disciples de Mariel Taun ou encore pyromanciens dont la passion pour les flammes devient inquiétante, nous aimons affûter nos lames, dépoussiérer nos plus puissants grimoires et partir ensemble, relever les plus grands défis de ces terres ...

Si Partage, Plaisir et Courage sont autant de mots que vous portez en étendard... Si l'envie vous prend de vous investir pour le salut de Telara et le respect de nos valeurs... Alors cessez d'hésiter et entrez .... Votre place est certainement parmi les nôtres ...

Tableau de chasse
Derniers sujets
» [promo] Une bestiole gratuite
Aslamron Arcanum De l'Age des Légendes Icon_minitimeMar 7 Mai - 8:53 par Saela

» Tiraveth
Aslamron Arcanum De l'Age des Légendes Icon_minitimeDim 21 Avr - 20:19 par Atys

» Rift Prime et abonnement
Aslamron Arcanum De l'Age des Légendes Icon_minitimeSam 16 Mar - 10:14 par Moystia

» La Cour des Mimosas
Aslamron Arcanum De l'Age des Légendes Icon_minitimeLun 17 Déc - 1:27 par Armïnde

» Concours de tenue organisé par la nouvelle equipe Rift
Aslamron Arcanum De l'Age des Légendes Icon_minitimeDim 16 Déc - 21:31 par Elodril

» [BoS] Azranel
Aslamron Arcanum De l'Age des Légendes Icon_minitimeJeu 22 Nov - 20:52 par Elodril

» Trion, Rift et L'Ordre !
Aslamron Arcanum De l'Age des Légendes Icon_minitimeDim 11 Nov - 23:40 par Atys

» Candidature de Yansei
Aslamron Arcanum De l'Age des Légendes Icon_minitimeSam 3 Nov - 15:27 par Elodril

» [TD NM 4/4] Il a mal où??! Il à Mal- à -nnon!
Aslamron Arcanum De l'Age des Légendes Icon_minitimeDim 21 Oct - 22:39 par Moystia

» Patchnotes!
Aslamron Arcanum De l'Age des Légendes Icon_minitimeVen 19 Oct - 12:39 par Louvinette

» Soirée Halloween 2018
Aslamron Arcanum De l'Age des Légendes Icon_minitimeVen 19 Oct - 12:29 par Louvinette

» Petites news et changements à venir..
Aslamron Arcanum De l'Age des Légendes Icon_minitimeVen 12 Oct - 8:21 par Moystia

» MARCHOMBRE - Shadeborn
Aslamron Arcanum De l'Age des Légendes Icon_minitimeJeu 4 Oct - 12:45 par Louvinette

» DANSELAME - Bladedancer
Aslamron Arcanum De l'Age des Légendes Icon_minitimeJeu 4 Oct - 12:42 par Louvinette

» ASSASSIN - Assassin
Aslamron Arcanum De l'Age des Légendes Icon_minitimeJeu 4 Oct - 12:39 par Louvinette

Venez découvrir RIFT avec nous
Les posteurs les plus actifs du mois

Partagez
 

 Aslamron Arcanum De l'Age des Légendes

Aller en bas 
AuteurMessage
Aslamron
Adjudant Chef
Aslamron

Messages : 107
Remerciements : 4

Feuille de personnage
Ethnie: Elfe
Alignement: Neutre Strict (Indécis)
Vocation: Mage

Aslamron Arcanum De l'Age des Légendes Empty
MessageSujet: Aslamron Arcanum De l'Age des Légendes   Aslamron Arcanum De l'Age des Légendes Icon_minitimeDim 18 Déc - 22:07

Histoire
Prémices
Des Hauts-Elfes



Dans un monde qui porte encore en lui l'espoir le plus fou d'être un royaume paisible, à une époque
où la grande forêt de Tavra recouvrait encore presque toutes les terres les Hauts-elfes étaient quasi-maîtres de Telara,

Beaux, élégants, immortels par l'âge mais pas contre les maux et extrêmement cultivés, les Hauts-Elfes puisent leurs racines dans l'Âge des Légendes au cours duquel leur dieu Tavril et les quatre autres dieux Veilleurs créèrent le monde. Les hauts-elfes sont l'une des plus anciennes races de Telara.

Il y a de nombreux siècles, durant la guerre de la Tempête sanglante, l'histoire des hauts-elfes connut un événement dont ils ne sont pas encore remis. , Crucia la grande déesse dragon de la Tempête Sanglante, rassembla ses armées et mit sur pied un plan destiné à annihiler les hauts-elfes de Tavril. Les sauvages Orcri, adorateurs de Crucia, combattirent les Hauts-Elfes, détruisant systématiquement leurs habitations et ne laissant aucun survivant.

Si la plus grande partie du Bosquet Du Cœur des Hauts-Elfes a été détruite durant la guerre, les Orcri ont pu être repoussés et finalement battus par la première grande alliance des races. Les Hauts-Elfes ont fondé une nouvelle capitale au Val de la Falaise, mais leur peuple ne connaît plus que l'ombre de la gloire qui était la sienne aux débuts de Telara.

Malgré ce passé tragique, les Hauts-Elfes continuent à se dévouer pour le bien commun de Telara, protégeant le monde des méfaits de Regulos et de la Tempête Sanglante et devenant de puissants alliés de la faction des Gardiens. Ayant assisté il y a bien longtemps aux premières attaques de la Tempête Sanglante, les Hauts-Elfes ont juré d'empêcher, quel qu'en soit le prix, le retour de Regulos. S'il leur arrive parfois de se montrer arrogants ou méfiants envers les plus jeunes races de Télariens, l'attachement des Hauts-Elfes à la préservation de ce monde est indubitable.

Dans la jeunesse de Telara, les Elfes, privilégiés parmi toutes les créatures de Tavril, étaient aux côtés des dieux. Tavril leur fit don de la longévité, la sagesse et d'une affinité pour la terre. En contrepartie, ils devinrent régisseurs de Telara, pour veiller sur les étendues sauvages et pour défendre les autres races contre toute forme de menace. Avec attention et une élégance naturelle, les Elfes protégèrent Telara avec sagesse, magie, foi et habileté pendant des milliers d'années.
Gardiens de toutes formes de vie, les Elfes n'étaient pas prêt à endosser tout le prix de leur responsabilité. Ce ne fut ni la Tempête Sanglante, ni les guerres avec les autres races qui finirent par réduire leurs nombres, mais leurs désirs et les tentations de ce monde. Tout d'abord, se laissant emporter par leurs passions et leurs conflits pour les îles lointaines, les ardents Kelari rompirent l'alliance. Ensuite, alors que les autres races de mortels bâtissaient de magnifiques villes, de plus en plus d'Elfes délaissèrent leur vocation, se désintéressant du fardeau de gardiens pour s'établirent et mener une existence calme et paisible.

Ceux qui restaient fidèles à leur vocation prirent le nom de Hauts-Elfes. Ils maintinrent le pacte et, quittant leur maisons de Bois d'Argent, ils parcoururent les espaces sauvages de Telara, renforçant la volonté de Tavril à l'aide de flèches piquantes et du courroux des dieux. Ils étaient plutôt secrets, ne divulguant aucune de leurs intentions, même à ceux qu'ils protégeaient. C'est pourquoi ils étaient le plus souvent craints et redoutés. Les Hauts-Elfes valorisaient toujours le long-terme, ne suivant pas toujours les mêmes objectifs que les fermiers avoisinants ou du shérif : les Elfes étaient-ils là pour protéger les villageois des loups, ou bien les loups des villageois.

Quand le tyran mathosien Aedraxis fit allégeance à Regulos, les Hauts-Elfes débattirent, pour voir si oui ou non ils enverraient les quelques-uns des leurs qui restaient lutter contre les légions innombrables mobilisées par la Cour Éternelle. Hylas, le prince des Elfes, soutenait qu'il ne fallait pas s'en mêler car c'était un problème initié par et donc réservé aux mathosiens. Alors la Grande Prêtresse de Tavril, Shyla du Foyer Étoilé, lança un appel passionné et implora l'assemblée des Elfes de prendre les armes contre le roi et sa folie en vue de la menace qu'il incarnait sur Telara toute entière.


La plupart des Hauts-Elfes furent touchés par les paroles de Shyla, mais la Maison royale d'Aelfwar, sous le commandement d'Hylas, décida d'ignorer cet appel et de continuer à protéger le Bois d'Argent. Lorsqu’Aedraxis fit apparaître les Failles, tous les Elfes ayant combattu aux côtés de Shyla périrent. Ces derniers revinrent sur Telara en tant qu'êtres Élus, et retrouvèrent leurs proches dans le Bois d'Argent. Ceux-ci transformés et devenus distants, étaient maintenant entièrement dévoués au prince. Un schisme de plus pour la communauté elfique puisque la Maison Aelfwar s'en alla, refusant de s'associer avec les Hauts-Elfes Élus comme avec Tavril.
Quand les Failles arrivèrent, Tavril rejoignit la confrérie des Veilleurs, ayant cessé d'être le dieu unique d'une race qu'il privilégia. Leur confrérie devenant plus puissante, les Veilleurs exigèrent que les liens avec leurs disciples se renforcent, et par conséquent une nouvelle alliance se forgea avec les Elfes Élus. Les Hauts-Elfes qui s'étaient sacrifiés dans la lutte contre Aedraxis renforcèrent leur engagement de délivrer Telara des ténèbres. Et plus jamais ils ne se déroberont, ne reculeront ou ne se retireront de ce terrible fardeau.


Dernière édition par Aslamron le Lun 19 Déc - 1:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Aslamron
Adjudant Chef
Aslamron

Messages : 107
Remerciements : 4

Feuille de personnage
Ethnie: Elfe
Alignement: Neutre Strict (Indécis)
Vocation: Mage

Aslamron Arcanum De l'Age des Légendes Empty
MessageSujet: Re: Aslamron Arcanum De l'Age des Légendes   Aslamron Arcanum De l'Age des Légendes Icon_minitimeLun 19 Déc - 1:21

Chapitre Premier
Bosquet Du Cœur, Fin de l'Age des Légendes
Sol-Amr'An et La découverte du Savoir



Le Bosquet Du Cœur, véritable havre de paix, citée majestueuse cachée au plus profond de Tavra, elle repose sereinement sur les hauteurs d'arbres centenaires, non loin de magnifiques cascades apportent de l'eau fraîche et d'autres réconforts aux habitants. Au centre du bosquet un sanctuaire d'une beauté hors du commun, un sanctuaire en l'honneur de la mère Terre, un sanctuaire à la gloire de Tavril. En son ventre une statue incroyablement stupéfiante faite de matériaux rares et précieux n'ajoutent que plus de prestance à l'endroit et autour une multitude d'êtres en prières ou en train de prendre soin du lieu.

Mais aujourd'hui est un jour tout particulier, car aujourd'hui les nouveaux nés, doivent être réunis devant le sanctuaire de la grande déesse Tavril. Dans son infini grandeur elle offrira sa bénédiction à ses futurs gardiens et protecteurs. De nombreux cris et pleurs de nourrissons étaient audible par tous les gens alentour, c'est normal, c'était encore une époque de paix pour les Elfes de Tavra. Ainsi en bas des marches du grand sanctuaire, le vénérable Grand Prêtre de Tavril avait pour rôle de bénir à tour à tour les jeunes nourrissons elfes leur accordant ainsi la bénédiction de la déesse Mère. Et bien qu'incapable de comprendre quoi que ce soit à tout se chamboulement Sol-Amr'An du haut de ses quelques semaines de vie, avança dans les bras de sa mère en direction du Grand Prêtre pour recevoir à son tour son lot de bénédictions et d'encouragements pour s’élever dans ce monde.

Il ouvra alors de grands yeux gris-azur devant l'elfe prêtre qui lui badigeonna le front d'huile, qui ensuite lui caressa le crâne avant de poursuivre par agiter différents feuillages probablement magiques ou bénis ou autres encore, et tout cela sous le regards attentifs et bienveillants de ses parents.

Mais tout cela, il ne le sait uniquement parce qu’on le lui expliqua une fois plus grand. Et une fois plus grand, une véritable chasse pour le savoir s'engagea, il ne pouvait pas faire un pas sans vouloir comprendre pourquoi ceci, pourquoi cela. Il n'y avait jamais de repos dans le flot intarissable de questions du jeune Elfe.

Au début il se contenta des réponses de ses parents, puis en grandissant encore il exprima le besoin d'en savoir encore un peu plus sur ce qu'on pouvait lui dire, il s'enferma dans les lieux de lectures, il s'enferma dans les lieux de cultures, il s'enferma dans les lieux de savoirs.

Mais un jour il s'obligea à faire le constat d'un résultat qui ne le satisfaisait pas du tout. Il se rendit compte malgré lui que lorsqu'il avait une réponse, la réponse une fois acquise avait pour but de soulever une autre question.

Bien loin des soucis des autres elfes, Sol-Amr'An continua ainsi de se rendre à tout un tas de réunions sur tout un tas de choses, traitant de sujet tous plus ou moins intéressants jusqu'au jour ou il poussa la porte d'un rassemblement des plus intriguant.

Il se glissa doucement au milieu des grands bonhommes et des dames, glissant à coté des longues robes de tissus colorées, se cognant parfois contre un bâton, tombant une autre fois face à face avec un chat ou un corbeau et bien vite il se réfugia derrière un grand tonneau à moitié dans l'ombre, à moitié dans la lumière des chandeliers et des bougies. Durant de longues heures il écouta sans perdre un morceau des discussions autour de lui. Il assista même à quelques démonstrations sans comprendre réellement ce qu'il avait sous les yeux, certains étaient capable de faire sortir du feu de leurs mains, d'autres l'orage, ils y en avaient qui pouvaient soigner des plaies affreuses, d'autres encore capable de rendre la vie à des créatures mortes. C'était un véritable spectacle pour les yeux du jeune Sol-Amr'An, et au fur et à mesure que la séance avait lieu, des dizaines, des centaines de questions étaient en train de prendre vie dans sa tête. Il resta donc complètement médusé devant l'auditoire durant toute la durée du rassemblement, jusqu'au moment ou celui qui semblait être le président prononça les quelques mots qui à jamais changeraient à jamais la vie de Sol-Amr'An.

Le grand Elfe attrapa son bâton majestueux, il en frappa du bout le sol et pendant que tous écoutèrent il donna de sa voix grave et envoûtante la doctrine que Sol-Amr'An déciderait de suivre coûte que coûte.

« La magie est le Savoir, Savoir la magie est un pouvoir qui apporte Sagesse et Puissance »

Ainsi tout est dans la phrase, si il veux le savoir, il doit avoir le pouvoir et pour avoir le pouvoir il doit savoir faire de la magie, ceci avait un air de simplicité dans la tête du jeune elfe, mais la simplicité est parfois dangereuse, car la simplicité est souvent quelque chose qui cache une entreprise bien plus rude derrière, et souvent fois de nombreux pièges. Sol-Amr'An l'apprendrait à ses dépends.
Revenir en haut Aller en bas
Aslamron
Adjudant Chef
Aslamron

Messages : 107
Remerciements : 4

Feuille de personnage
Ethnie: Elfe
Alignement: Neutre Strict (Indécis)
Vocation: Mage

Aslamron Arcanum De l'Age des Légendes Empty
MessageSujet: Re: Aslamron Arcanum De l'Age des Légendes   Aslamron Arcanum De l'Age des Légendes Icon_minitimeLun 19 Déc - 1:23

Chapitre Second
Bosquet du Cœur L'arrivée des Humains
Sol-Amr'An et les prémices Magiques

Depuis le soir ou il avait réussi à s'introduire silencieusement dans une soirée extraordinaire ou de nombreux mages et sorcières discutaient de choses et autres. Ce soir là il c'était fait une promesse, la promesse d'apprendre la magie pour enfin avoir le savoir, le savoir ou il pourrait noyer son esprit avide de réponses et le lendemain après avoir fait une dernière fois le tour de la liste d'équipement qu'il fallait avoir pour entrer à l'académie de Magie du Bosquet, il salua dignement ses parents et s'orienta malgré son jeune age d'un pas sur et certain en direction de l'immense portail.

Sur le premier moment il fixa l'entrée et s’émerveilla d'une tel découverte, il se félicita également, il avait réussi quelques tours de force en parcourant des endroits bien plus dangereux et bien mystérieux du Bosquet, mais c'était la toute première fois qu'il avait un pied dans ce quartier de la citée. Soudain le flux de question s'intensifia, face à de nombreux phénomènes qu'il ne pouvait comprendre face à lui, il tenta de prendre les informations les plus rationnels au fond de son jeune esprit pour comprendre par exemple comment l'elfe à dix pas de lui pouvait être en l'air, se mouvoir faire quelques pas dans le vide, cuisant échec, pas de réponses. Il s'enfonça un peu plus en direction du portail et à nouveau un choc l'assomme. Comment des arbres pouvaient êtres en vie, gigantesques et puissants se déplaçant comme le font les elfes ou toutes créatures humanoïdes.
Il contempla ainsi d'un air ahuri les gardiens du portail faire les cents pas, avant d'avoir enfin le courage pour avancer.

D'un étrange craquement l'un des arbres s'orienta vers le jeune et minuscule elfe, d'un regard inquisiteur il sonda l'esprit innocent encore sans défenses de Sol-Amr'An, et sans gestes brusques, une immense branche fila en direction de l'enfant le poussant délicatement dans le dos en direction de l'entrée.

Sol-Amr'An n'opposa strictement aucune résistance, complètement effaré de la situation, il se laissa faire et glissa donc en direction des portes de la citadelle Magicae. Une fois le seuil franchi il se retourna pour voir à nouveau le colosse qui en profita pour s'enraciner afin d'être plus attentif aux mouvements des passants.

Le jeune enfant leva un doigt comme pour obtenir l'attention avant de prendre la parole, mais devant tel spectacle pourtant si dérisoire ce n'est que le silence et l'incompréhension qui s'envola de la bouche de Sol-Amr'An.

Il resta encore quelques instants devant les deux gardiens, lorsque le bruit d'une cloche le sortit de sa torpeur interrogative. Devant lui s'empressa des dizaines d'autres elfes, des jeunes comme lui, des moins jeunes, des adultes des anciens. Mais le plus impressionnant resta l'apparition du Vénérable dans la cour du Magicae.

Il semblait millénaire, probablement aussi vieux que Tavra, si ce n'est même aussi vieux que Telara. Il semblait aussi fragile que l'arbuste qui s'ouvre à peine à la vie, aussi fragile qu'une coque de noix au milieu d'une tempête, aussi fragile que le nourrisson qui vient de naître et pourtant, le Vénérable était un des mages les plus puissants de ce monde. On ne sait peu de chose sur lui si ce n'est qu'il est extrêmement vieux et extrêmement sage et intelligent rien qu'a lui seul le mot longévité ne suffit plus, le mot savoir ne s'applique pas et le mot puissance ne signifie rien.

Il traversa ainsi d'un pas lent, monotone, semblant être proche de faire une chute à chaque fois que ses pieds se soulèvent du sol et pourtant au bout d'un temps exagérément long il atteignit la cible de son parcours et disparu derrière la porte d'une immense tour.


La cloche signifia le début de l'enseignement, une fois les groupes fait par age et par expérience, des anciens portant de longues toges sombres s'approchèrent des petits groupes pour ensuite les faire prendre place dans des salles de classe.


Sol-Amr'An était dans le groupe des plus jeunes et des plus faibles, en dessous encore des débutants, mais il n'en avait que faire, ses parents avaient fait dons de ce qu'il fallait pour justifier sa place ici, il avait la motivation et l'envie, il faut bien commencer par le commencement.

Ainsi de nature il s'installa au premier rang dans un but bien précis, de ne pas perdre un seul morceau de tout ce qui sera fait ou exprimer, l'ancien se présenta à eux, ils étaient douze dans la classe et malgré son jeune âge, Sol-Amr'An était le plus grand de constitution. Delondel, l'ancien se présenta, il expliqua qu'ils étaient ici pour suivre une route longue, une route difficile avec beaucoup de privations, peut être même de la souffrance parfois physique, parfois psychique et même parfois autre. Il désigna également la porte expliquant que si certains ne pensaient pas pouvoir être capable qu'il était encore temps de partir. Sol-Amr'An ne broncha pas et fixa la porte pour voir si certains feraient le premier pas, et soudain le bruit de quelques chaises raclant sur le parquet se fit entendre dans la salle et ainsi trois sous-débutants s'en allèrent réduisant le nombre de la classe à neuf élèves.

Delondel décréta qu'il n'y avait pas de honte à avoir, et qu'il est normal d'avoir de l'appréhension, de l'inquiétude, voir même de la peur à partir dans une entreprise inconnu, surtout lorsque l'on vous annonce du danger sur la route du périple. Mais dans sa tête Sol-Amr'An n'avait plus qu'une envie, c'est que les choses s'engagent.

Alors qu'il était sur sa chaise, il avait déjà l'esprit perdu dans ce qu'il serait capable de faire, il pensait déjà aux sorts qu'il apprendrait pour donner la vie à des arbres comme à l'entrée du portail, il imagina qu'on lui apprendrait à voler dans l'air comme l'Elfe de l'entrée, il imagina tout un tas de choses. Mais la réalité explosa rapidement au visage du jeune Elfe.

Delondel ouvra un énorme coffre en bois et en sortit neuf livres aussi gros qu'une bûche de chêne.
D'un sourire narquois il dévisagea un par un les élèves de la classe.

« Vous ne pensez tout de même pas que la magie sera des aujourd'hui pour vous, aujourd'hui et durant les quinze prochaines années, vous apprendrez par cœur les runes d'incantations de ce livre »

Un des élèves leva un doigt en signe de question. Et Delondel l'ancien lui donna la parole.

« Mais, maître à force de travail nous apprendrons ce livre bien plus rapidement qu'en quinze ans, n'est ce pas la un peu trop long ? » Demanda le jeune élève.

Et alors d'un rire presque humiliant l'Ancien rétorqua,

« Oh non, les plus doués d'entre vous l'apprendrons en quelques semaines, en revanche... »

L'ancien claqua des doigts et les portes des dizaines d'armoires au fond de la salle de classe s'ouvrirent laissant apparaître des dizaines d'étagères avec des dizaines et des dizaines de livres.

« Pour d'autres, quinze ans ne seront pas suffisant pour les apprendre tous, et c'est une obligation avant de pouvoir ne serait ce que même avoir l'envie de vouloir faire le rêve d'un premier sort, aussi infime soit il... »

Il termina sa phrase sans possibilités de réponses ou d'autres questions. Et alors il s'installa derrière son bureau, il déroula un parchemin et commença une lecture silencieuse dont seul Tavril pouvait savoir ce qu'il en était.

Je me souviens d'abord avoir mis un œil sur mon voisin, puis sur un autre, et encore un autre, tous se regardèrent ahuris de la réponse, tous ahuris de savoir que nous passerons les quinze prochaines années de notre existence à lire des livres de runes d'incantations, soudain un sentiment étrange s'installa dans le cœur de Sol-Amr'An, ce devait être la peur, la peur de ne pas avoir assez de temps pour réussir. Alors il se jeta d'un coup sur le livre et s'empressa de lire les premières lignes de mots, d'images et d'autres choses insensé à son esprit. Tous se précipitèrent sur le livre pour commencer l'apprentissage comme si le temps nous étaient à tous compté. Si seulement nous n'avions pas alors oublier que nous étions immortels par l'âge, le premier enseignement de la Magicae ne nous auraient alors pas fait aussi peur.


Un beau jour d'hiver, alors que dehors la nature était encore en train de dormir paisiblement, le crépitement d'une bûche dans l'âtre sonna enfin la ligne d'arrivée. Après de longues années, Delondel L'ancien fixa les élèves silencieusement réduit au nombre de quatre par la tache harassante, l'épreuve épuisante de la course à l’apprentissage. Il n'avait eu de cesse pour répéter jours après jours l'importance d'apprendre les livres de runes, il n'avait eu de cesse de nous dire l'importance des symboles, des syllabes, des dessins et des mots. En réalité pour les quelques derniers courageux, leurs esprits étaient devenus de véritables grimoires contenant un savoir et une puissance brut mais encore vierge. Une puissance qui sans la clef ne pouvait être en liberté.


Le soir arriva à une vitesse impressionnante et bien avant le fin du compte à rebours, nous attendions déjà la sonnerie de la cloche de la Tour du Vénérable, nous nous regardions par dessus nos épaules pour vérifier que tous avaient réussi, au milieu d'un amas incommensurable de livres, de grimoires, de parchemins et de tout autres supports capable de contenir la pureté et la force des mots. Le regard de Sol-Amr'An se posa sur ses camarades tour à tour une fois encore et il constata à quel point déjà tous avaient un changement, qu'il soit physique ou psychique. Nous avions simplement grandit, dans notre tête, dans notre cœur et dans notre âme.

Lorsque la nuit s'installa sur la Magicae, nous attendions alors les félicitations. Mais pas à ce qui allait suivre, alors que nous imaginions un repos plus que de rigueur, d'un claquement de doigt L'Ancien alluma les bougies et les chandeliers, les livres s'envolèrent dans un balais aérien grotesque en direction des étagères et des armoires et alors tour à tour nous nous sommes mis à être la cible du Mage qui nous posa des questions sur nos connaissances à une vitesse des plus affolantes. Et au bout de la nuit alors que dans quelques minutes minuit sonnerait, il déclara ainsi,

« Félicitations à vous quatre, vous êtes désormais des Débutants ! »

Je ne sais plus si à ce moment, comme mes camarades d'ailleurs si j'ai eu en moi de la joie ou de la colère de n'être qu'un simple débutant après quinze ans d'un travail si rude. Quoi qu'il en soit on nous expliqua que le lendemain nous changerions de classe et de maître, et qu'a son tour L'ancien Denlondel devrait prendre sous son aile une série de nouveaux sous-débutants. Ainsi soit.

Lorsque l'heure arriva de prendre le repas avant de nous mettre dans nos chambres, un grand rassemblement s'organisa à même l'enceinte neigeuse de la cour de la Magicae du Bosquet.
Il y avait le Vénérable, tous les Arcanums, les Anciens et les autres, je ne sais pas si réellement la nouvelle changea ma vie ou pas, tout ce que je sais c'est que l'on nous expliqua que les Veilleurs, ainsi que Tavril notre mère déesse avaient réussi à mettre en ce monde une nouvelle race d'habitants. Ils avaient le nom d'Humains, bien moins beau et bien moins grand que nous, ils n'avaient pas eu la jouissance de pouvoir être immortels par l'âge, en revanche ils avaient eux une force et une constitution bien plus grande que nous.

Je me souviens en revanche de la beauté de cette grande femme blanche, elle avait une armure magnifique sur elle et dans son dos de longues ailes. Elle expliqua que désormais une grande partie de notre rôle de gardiens des forêts et des formes de vies serait de prendre soins des humains et de faire en sorte qu'ils reçoivent une aide dans la construction de leur race.


Très vite les Humains s'installèrent confortablement dans quelques citées dans les bois de Tavra, et un beau jour sans comprendre pourquoi, les créatures humaines décidèrent d'un commun accord de rompre leurs rangs, je me souviens bien de ce jour, nous étions en ballade dans la forêt, nous avions doit à quelques semaines de repos avant la nouvelle saison à la Magicae. Et du haut de nos arbres nous observions, certains partirent pour le nord de Telara, ils formèrent plus tard l'Empire Mathosien, alors que les autres partirent profondément dans les sables du sud pour former l'Empire Ethien.

Les semaines de repos défilèrent rapidement et c'est à l’éveil de la nature, que les cours à la Magicae reprirent. Comme il y à quinze ans on s'installa en rang, un rang bien grotesque de quatre débutants. Et s'avança vers nous un elfe d'une taille ridiculement petite, il avait un longue barbe et des cheveux aussi blanc que la neige. Il se présenta à nous comme étant le Sapere Dene'Dumm.

Une fois dans notre classe la chose la plus flagrante qui nous sauta aux yeux était le manque de livres ou de tous autre supports écrits. Et par une magie fantastique le Sapere éclata de rire et déclara que les livres n'étaient pas utiles puisque nous venions des les apprendre par cœur durant les quinze dernières années, ce qui tout à coup nous sembla être très logique.

Une fois encore la surprise serait de taille, et d'une belle taille comme dirait l'autre, nous pensions alors avoir fait le plus dur mais l'annonce du Sapere sonna dans notre esprit comme un coup de dague entre les côtes.

Durant les vingt prochaines années nous apprendrons l'élocution, la parole et les gestes cabalistiques incantatoires. Je me souviens que mon ami leva la main en signe de question, il demanda,

« Mes excuses Sapere Dene'Dumm, pourquoi une si longue durée pour apprendre des gestes et pour apprendre à dire des mots ? »

Et une fois encore le petit elfe éclata de rire, lorsqu'il reprit son sérieux il fixa alors l'élève, et sur un ton extrêmement sérieux.

« Mon brave débutant, croyez vous que vingt ans vous seront suffisant à vous comme aux autres pour réussir à être capable de psalmodier en quelques secondes une incantation de plus de cinquante mots ? »

Sans attendre une réponse il continua

« Pensez vous que vous êtes capable de psalmodier en même temps que vous êtes en train de faire plus de dix gestes cabalistiques incantatoires en même temps ? »

Il nous regarda d'un air étrange comme si nous n'étions que de simples enfants gâtés.

« Alors maintenant soyez sérieux, la maîtrise de l'art Magique, la puissance que vous avez dans vos cranes de jeunes débutant n'est rien sans la clef, et la clef est une maîtrise parfaite de la parole, des mouvements et de la réalisation simultanée de ses actes »

Ainsi voilà la clef qui ouvrira la puissance que nous avons mis quinze ans à apprendre.

« Alors suivez mon conseil et soyez attentifs, car le jour ou un bandit gedlo, ou le jour un voleur orcri tentera de vous enfoncer la dague qui sera meurtrière au milieu de votre dos vous n'aurez peut être même pas deux secondes pour incanter un sort de paralysie, ou un sort de désarmement, ou bien encore le jour ou vous tenterez de prodiguer quelques soins sur quelqu'un, il suffira d'un mot de travers, d'un signe raté et le pauvre bougre se retrouvera avec trois jambes, avec peut être dix bras ou même pire vous tuerez un innocent ! Alors comprenez dés maintenant que vingt ans ne seront peut être même pas assez suffisant pour certains d'entre vous. Maintenant si vous ne pensez pas être de taille la porte est ouverte ! »

Et en levant la main en direction de la porte, celle-ci s'ouvrit avec une puissante violence, s'éclatant dans un bruit sourd contre le mur, à nouveau le choix de la fuite ou alors celui de devenir ce pourquoi nous étions tous ici, du moins pour ma part le choix d'obtenir le savoir sans fin, ou plutôt ce que je croyais l'être. Sans bruit tous s'installèrent et la première leçon débuta.

Vingt ans, qu'est ce que vingt ans dans la vie d'un elfe, une goutte d'eau dans la mer tout au plus. Alors que l'étude continua pour la première fois je me laissa substituer à ma concentration pour imaginer ce à quoi ressemblerait mon premier sort. Et alors que très vite une force psychique celle du Sapere s'insuffla dans mon esprit pour me sortir de mon imagination, qui aurait pu prédire que d’ors et déjà notre paix était en train de mourir sans qu'aucun de nous ne le sachent.
Revenir en haut Aller en bas
Aslamron
Adjudant Chef
Aslamron

Messages : 107
Remerciements : 4

Feuille de personnage
Ethnie: Elfe
Alignement: Neutre Strict (Indécis)
Vocation: Mage

Aslamron Arcanum De l'Age des Légendes Empty
MessageSujet: Re: Aslamron Arcanum De l'Age des Légendes   Aslamron Arcanum De l'Age des Légendes Icon_minitimeLun 19 Déc - 1:24

Chapitre Troisième
Bosquet du Cœur, soixante-dix ans avant L’age des Dragons
Sol-Amr'An et la rage du Savoir

Aujourd'hui était un jour particulier, car dans quelques mois vingt ans de plus se seront écoulés, vingt ans en temps que débutant mage, et le plus ironique dans tout ceci c'est que pas encore nous n'avons fait réellement de magie.

Quoi qu'il en soit aujourd'hui est un magnifique jour d'été dans les Bois de Tavra, et de plus nous n'avons pas de classe, le Sapere est absent pour la journée, retenu pour des affaires importantes dans la grande Tour du Vénérable, alors nous avons droit à un congé, et pour ma part j'ai fait le choix de prendre la matinée avec mes parents, et la matinée se déroula rapidement. Enfin lorsque vint l'après midi j'en profita pour déambuler au grès de mes pas dans les rues du Bosquet du Cœur, comme le temps passe vite dans une éternité, je me souviens encore de mes escapades à la recherche de tous et n'importe quoi à apprendre je n'étais qu'un enfant mais maintenant tout ceci remonte à trente cinq ans, et bien que je crève d'envie de savoir combien de temps il me reste encore avant de pouvoir devenir un mage digne de ce nom j'espère simplement que cela ne prendra pas cent ans de plus et sur ces paroles je me surprend à sourire bêtement.

Je décide alors de faire une pause sur un des nombreux banc à l'ombre, et durant quelques moments je me questionne, je connais des milliers d'incantations, j'en apprends tous les jours les signes et les mots par cœur, que ce passerait il alors si l'envie d'en faire une pour de vrai m'attrape. Est ce de la sagesse ou de la peur je ne saurais le dire, mais j'en ressent vraiment l'envie, et aussi étrange que ce soit plus je l'envie et moins j'en suis capable. Aussi pour oublier tout cela je décide alors de mettre ma tête à autre chose.

Récemment nous avons appris les créations des humains et de leurs empires, il paraît qu'eux aussi ont des écoles et des académies de magie, je me demande alors quelle est la puissance de leurs maîtres, ils sont bien plus jeunes que nous, mais déjà tellement forts et intelligents.

Au final lorsque je réfléchis, il existe aussi une autre race aussi vieille que nous, les mystérieux nains, Bahralt le Dieu forgeron façonna Telara avec les autres dieux et insuffla la vie à ses petits bonhommes, courageux et fort comme des rocs bâtisseurs hors pairs, de plus ils ont de grands Runistes. C'est dommage qu'ils soit tous le temps dans leurs constructions, il y aurait peut être matière à apprendre avec eux également.

Mais la journée d'été défila aussi vite que le vent et bientôt il était grand temps de rejoindre la Magicae. Sol-Amr'An retrouva alors ses trois autres camarades devant le portail, les Arbres Gardiens gigantesques étaient toujours ici, toujours aussi vigoureux malgré les centaines d’années d'existence. En revanche ils avaient maintenant quelque chose de souriant en eux, surtout lorsqu'on est un élève de la Magicae.


Le lendemain le Sapere se présenta et l'apprentissage recommença de plus belle, de longues journées chaudes à apprendre à dire des mots, plus ou moins vite, des gestes plus ou moins précis selon les incantations et tout un tas d'autres choses de l'art mystique. Et ainsi défila le temps.

Lors du dernier jour l'excitation était à son plus haut niveau, bien avant l'heure de la cloche, nous étions tous dans la classe. Lorsque le Sapere arriva il se trouva agréablement surpris de ne pas être le premier sur les lieux pour une fois. Il déposa un grimoire sur la table de son bureau d'étude et nous regarda.

« Débutants, aujourd'hui vingt ans de pratique de l'élocution, des arts cabalistiques et incantatoires sont derrière vous, et aujourd'hui techniquement vous êtes enfin presque prêt à devenir des Magicus mais pour cela une dernière épreuve vous sera obligatoire. »

Il continua jusqu'à l'estrade pour prendre un peu de hauteur.

« Probablement que certains d'entre vous ont déjà eu l'envie de faire un tour ou une petite incantation et je parie que plus vous en avez eu envie, moins vous avez été capable de trouver la force et le courage en vous pour le faire. Tout ceci est normal, rassurez vous »

Il tapota son grimoire avant de reprendre.

« C'est tout simplement parce que pour le moment votre esprit magique est verrouillé, sachez que nous ne pourrions prendre le risque de mettre dans la nature des jeunes élèves avec un savoir magique aussi intense, incapable de réussir un véritable tour sans mettre en danger la population aux alentours de la Magicae. »

Il scruta les visages ahuris devant lui.

« C'est pourquoi aujourd'hui chacun d'entre vous, bénéficiera d'une dizaine de minutes à tour de rôle pour user d'un sort, d'une incantation ou d'un tour, je déverrouillerais votre esprit magique durant ces quelques minutes pour passer l'épreuve qui vous permettra de devenir Magicus, du moins si vous réussissez l'incantation qui vous sera demander »

Et ainsi débuta l'épreuve, le sort décida que je soit le troisième sur les quatre. Le premier d'entre nous s'avança en direction du Sapere Dene'Dumm. Le vieille elfe passa sa main devant le visage du jeune débutant et psalmodia quelques mots à une rapidité effarante.

L'élève s'approcha alors devant le grimoire, et celui-ci se mit à tournoyer sur la table avant de s'ouvrir brutalement à une page demandant une incantation de flammèche.

Comme il en avait le droit le premier débutant demanda comment il devait s'y prendre, la taille la longueur et l'intensité de la flammèche. Et le Sapere demanda une simple flammèche au creux de la main.

Mon camarade se concentra, il plia la main afin d'en faire un petit creux au centre, de son autre main il incanta au dessus du creux, quelques gestes cabalistiques et enfin deux paroles, un petit crépitement se fit entendre et une belle petite flamme s'installa dans le creux de la main.

Le Sapere félicita mon ami, il prononça quelques mots de magie et expliqua que son verrou était désormais et à jamais défait de lui. Il lui demande de sortir et d'attendre dans le couloir.

J'ai ressenti en moi un sentiment étrange, un sentiment d'envie, je voulais moi aussi à mon tour que le verrou saute, je voulais devenir vite Magicus pour apprendre, pour devenir puissant et sage, je ne voyais alors que par la rage du savoir.

Le second élève s'approcha du Sapere qui à nouveau ôta le verrou magique pour quelques instants, et à nouveau la même scène eu lieu avec le grimoire, cette fois ci le livre demanda un sort floraison magique.

Le débutant s'installa alors devant une plante sur le bureau d'étude, il y avait au sommet de la fleur un bourgeon non éclot, et son épreuve aussi simple soit elle était de le faire fleurir. Il concentra alors son esprit et apposa les deux mains autour du pot, durant quelques instants il resta silencieux et soudain le pot se mit à vibrer étrangement.

Le Sapere se recula et secoua la tête, il savait déjà l'échec du débutant, ce dernier concentra trop de force dans l'incantation et ce qui devait être un sort de reconstruction se transforma en un sort de destruction, le pot de fleur éclata couvrant de terre et de morceaux de plante le pauvre débutant.

Le Sapere s'approcha de lui et prononça quelques mots, le verrou mental fonctionna à nouveau. Pour le malheureux il n'y aurait pas de seconde chance, lorsqu'on est incapable au bout de trente cinq ans de réussir des sorts si simpless, il n'est pas concevable de poursuivre la voie de la magie. Aussi le Sapere remercia l'élève de sa patience, il lui expliqua que petit à petit il oublierais les sorts, les runes, les symboles et les incantations et serait libre du verrou lorsque son esprit sera redevenu vierge de toute forme de magie, en somme il redeviendra un être tout à fait normal, comme si il n'avait jamais franchi le seuil de la Magicae.


Esquissant un sourire, l'élève nous salua et nous souhaita bonne chance, moi et mon ami, nous étions plus que tous les deux. Le Sapere me désigna du doigt et c'était alors pour moi l'heure de faire mes preuves, l'un des moments les plus importants de mon existence, celui qui me ferais prendre l'envol pour les hautes sphères du savoir, une fois encore c'est ce que je croyais.


Alors je me dirigea en direction du Sapere, il me fixa de ses yeux profonds et sembla être un instant surpris. Alors il passa à nouveau encore sa main devant mon visage durant quelques instants j'ai eu la désagréable sensation d'un mal de tête atroce, j'ai eu pour la première fois un sentiment de puissance, je savais que j'allais devoir faire de mon mieux, et déjà j'avais le sentiment que mon mieux ne serait pas assez suffisant.

Le livre tournoya devant moi et donna son jugement, verdict, un sort de sphère électrique de protection. J’intimai le silence dans ma tête, le monde extérieur disparu un instant pour moi, je savais quoi dire, je savais quoi faire, mais est ce que j'allais réussir à le faire comme il le faut ?
Le moment n'était plus aux questions ou aux doutes.

Mon bras gauche se leva, ma main gauche tournoya, la main droite se figea au niveau de mon torse, ma bouche récita un flot de paroles à une vitesse que je ne pouvais même pas être capable de croire, un arc électrique dansa sur ma main gauche, le mouvement se propagea à mon corps et soudain une bulle d’électricité entoura mon corps, projetant des faisceaux rageurs tout autour de moi, la puissance de la bulle était oppressante et alors que je croyais en perdre le contrôle risquant à tout instant faire devenir la bulle de protection en tempête de foudre dévastatrice, un sentiment de sérénité parcouru mon âme, la bulle calma son intensité et régula l'électricité ambiante pour atteindre son but premier un rôle de protection. Et enfin au bout de quelques secondes de plus, Sol-Amr'an stoppa l'incantation et fixa le Sapere.

Dene'Dumm s'approcha de Sol-Amr'an et le félicita à son tour, le débutant est enfin devenu un Magicus comme pour les autres on lui demande de franchir la porte, et avec la tête haute il passa le seuil de la porte, un sentiment de fierté, mais aussi avec un sentiment d'acte non accompli, dans le couloir, il sentait la puissance des sorts dans son âme et la disparition du verrou. En revanche l'acte non accompli était un sentiment d'en vouloir toujours plus, pour la première fois alors le savoir laissa la place à la puissance.


Patiemment dans le couloir, avec l'autre nouveau Magicus il attendait de savoir si Melinille sa camarade de classe passerait elle aussi l'épreuve, et au bout de quelques minutes c'est avec un visage souriant qu'elle s'empressa de sortir pour annoncer sa réussite.


Le Sapere Dene'Dumm félicita alors les trois camarades, il annonça également qu'ils avaient tous les trois mérités un bon repos. Dans quelques temps ils auraient tous les trois à faire un choix. Mais désormais ce ne sont plus les élèves du Sapere Dene'Dumm, bientôt et en fonction de leurs choix ils s'engageront sur une toute autre route.

Deux semaines plus tard les nouveaux Magicus se retrouvèrent frais et disponible pour une nouvelle saison d'étude. Le premier à être devant le portail était Bal'Menyl le premier à avoir réussi l'épreuve du verrou magique, quelques minutes plus tard Sol-Amr'an était en train de faire le chemin avec Melinille à son bras droit, il y avait fort à parié que ces deux là avaient du en apprendre plus l'un sur l'autre durant les deux semaines de repos.

A nouveau donc une saison était sur le point de prendre part à la Magicae et comme d'habitude une nouvelle cérémonie avait lieu, cependant il y avait une chose plus étrange que d'habitude, en effet depuis apparemment quelques moments déjà il était possible d'observer des Archimages en faction autour de l'enceinte de la Magicae, les Archimages sont pourtant la plus part du temps absent ou en missions, ce sont pour la plus grande partie d'entre eux des Arcanums ou des Sapere d'un niveau de puissance impressionnante par rapport à la normalité des autres mages. Mais avant tous les Archimages sont des mages de batailles, des mages d'élites et il y avait fort à croire qu'il devait y avoir un problème pour que les Archimages soit en faction à la Magicae.


Quoi qu'il en soit à la fin de la cérémonie d'ouverture de la saison, Sol-Amr'An et ses deux amis attendirent patiemment qu'on les demandes pour leur offrir le fameux choix dont avait parler le Sapere Dene'Dumm. Et en attendant ils en profitèrent pour regarder les très jeunes sous-débutants ainsi que les débutants des nouvelles promotions.

Enfin après une courte attente, un elfe de haute taille, au visage très arrogant et très hautain s'approcha d'eux, L'Arcanum Gol'Galyth se présenta à eux, c'était un des plus puissants mages de la Magicae, et également un des meilleurs maîtres dans l'art. Il marqua un temps d'arrêt constatant qu'il n'y avait que trois candidats, il afficha une moue en signe d'insatisfaction et engagea enfin la parole.

« Bien, puisque vous n'êtes que trois, cela ne prendra pas très longtemps, soit voici les choix qui s'offrent à vous, votre dernier maître vous à prévenu de ce choix à faire, aujourd'hui est le moment pour vous de prendre votre destin en main, vous pouvez donc partir de la Magicae en temps que Magicus, c'est à dire mage de dernier ordre, vous avez les bases, pour parcourir Tavra et Telara et accomplir votre rôle de protecteur, ou alors vous pouvez donc rester encore à la Magicae et poursuivre vos études durant encore de longues années et ainsi franchir les ordres un par un pour un jour peut être atteindre le premier ordre et devenir Arcanum de la Magicae, quoi qu'il en soit je vous écoute ! »



Bal'Menyl prit la parole en premier, il remercia l'Arcanum pour nous offrir ce choix, c'était un elfe très simple et très brave, il avait en son cœur un sentiment secret de liberté, et un sentiment d'amour pour les grands espaces, en silence il avait souffert de l'enfermement que nous avions eu à subir et alors sans prendre le temps de réfléchir plus que de coutume il décida que son enseignement serait acquis et suffisant. D'un grand sourire il se tourna vers moi et ma camarade de classe et alors il leva sa main en guise de salut, il tourna les talons et s'en alla vivre les aventures.

L'Arcanum se tourna alors face à nous, de son regard interrogateur il scruta Melinille, et cette dernière décréta vouloir poursuivre l'enseignement à la Magicae. Pour ma part je savais déjà ce que je voulais répondre je voulais me rendre jusqu'au bout des choses, avoir le savoir le plus grand, j'en voulais plus, j'en voulais toujours plus, mais inconsciemment mon esprit avait un autre choix, lui voulait la puissance coûte que coûte ce qui un jour peut être me conduirait à la perte.

Alors sans hésitation aucune je répondis vouloir poursuivre les études à la Magicae.

On nous demanda de prendre la direction d'une salle encore inconnu pour nous, c'était une salle qui avait place dans le premier étage de la Grande Tour du Vénérable.

L'Arcanum nous expliqua de façon très simple la fonctionnalité de l'endroit. Le premier étage est l'antichambre de la Magicae, le second étage est l'Ordre du Dernier cercle, les Magicus devenus Magicums souhaitant poursuivre leurs enseignements y séjourneront durant un an pour continuer l'apprentissage. Le troisième étage est l'étage du Quatrième Ordre ils y passeront trois ans pour apprendre les sorts, incantations et gestes cabalistiques de Quatrième Ordre. Le quatrième étage est l'étage du Troisième Ordre et ils y séjourneront six ans pour apprendre une fois encore l'art des mages du Troisième Ordre, le cinquième étage est l'étage du second cercle, elle porte le nom de Saperum car c'est ici qu'ils apprendront les arts des mages de Second Cercle durant neuf ans, et à ce stade ils pourront prétendre à devenir Sapere. Enfin le sixième étage porte le nom du Conseil des Arcanums, ils y apprendront les sorts et les incantations les plus difficiles, les plus dévastatrices ou les plus curatives durant dix-huit ans de plus, une fois réussi ils pourront devenir Arcanums. Enfin le septième étage est interdit, c'est le Quartier des Archimages et le huitième n'est même pas imaginable car il s'agit des appartements privés du Vénérable.

Sol-Amr'An en profita alors pour poser une question, était il possible de devenir un jour Vénérable à son tour. L'Arcanum lui expliqua que c'était en effet possible, mais extrêmement rare, un Vénérable est l'élu même de tous les mages de la communauté, de plus comme il s'agit d'un elfe il est pour lui impossible de trouver la mort autre que par un assassinat, que de plus il serait indécent de se croire capable de vaincre un Vénérable en duel de Magie.

Sol-Amr'An alors se ravisa, et s'interdit au plus profond de son cœur d'avoir eu un faible instant la capacité de croire qu'il était capable de vaincre, voir pire de tuer le Vénérable pour le devenir à son tour, il comprit également que ce serait impossible d'avoir la totalité des voix pour lui si il arrivait à ses fins sournoisement.

Au centre de la pièce ronde, dans l'antichambre de la Magicae il n'y avait qu'un bureau d'étude avec une pierre luisante et un grimoire. Autour d'eux de fines et splendides sculptures, et sur les murs de somptueux tableaux d'arts.
Il fallait également savoir que simplement par le fait d'avoir choisi de poursuivre leurs études, ils étaient désormais des Magicums et avant d'avoir accès au Cercle du Quatrième Ordre il y avait une étape. Une étape des plus importantes pour les jeunes mages.

L'Arcanum les posta alors face à face du grimoire, un grimoire fantastique, lorsqu'il tourna la première page, la stupéfaction fut des plus grandes. Pas une ligne, pas un mot, pas un texte, pas un symbole, rien, des pages vierges, uniquement des pages vierges sur un livre ridiculement gigantesque.

Melinille scruta la réaction de Sol-Amr'An lui même stupéfait devant la chose. Mais le mystère se résolue rapidement avec les explications de l'Arcanum Gol'Galyth.

« Jeunes Magicums, je vous présente le Grimoire de l'Oubli, ce livre est une relique des plus puissante, une magie hors de notre temps l'habite. Alors que vos esprits et vos yeux ne déchiffrent que des pages sans âmes, il y à la dessus des centaines et des centaines de lignes »

L'Arcanum en profita pour scruter du coin de l’œil les réactions des deux jeunes gens.

« Le Grimoire de L'Oubli contient en réalité les véritables noms de tous les mages, et il n'existe qu'une personne au monde capable de le lire, il s'agit du Vénérable. Mais alors pourquoi ce mystère me direz vous, et pourquoi les véritables nom de mages ? »

L'Arcanum n'avait pas tord et notre curiosité était à vif.

« Comme vous le savez il est extrêmement difficile de vaincre un mage par la magie. Mais pourtant ceci est possible, et je vous en explique la manière. Pour vaincre les défenses magiques, mêmes les défenses magiques les plus puissantes, il faut avant tout concentrer la force de son sortilège ou de sa malédiction sur votre cible et plus particulièrement en utilisant son véritable nom comme conducteur et canalisateur »

L'Arcanum continua son explication qui tout à coup nous ouvra les yeux sur quelques actions logiques.

« Par exemple lorsque vous utilisez un sort de télépathie, vous ne pouvez pas le faire sur un mage car ce n'est pas son véritable nom, en revanche vous pouvez vous insinuer dans l'esprit de la plus part des gens dés l'instant ou vous avez leurs véritables noms et prénoms ce n'est pas plus difficile que ça, et c'est pourquoi il va vous être explicitement obligatoire de choisir un nom de Mage, vous inscrirez votre véritable nom dans le Grimoire de L'Oubli comme nous l'avons tous fait avant et petit à petit il disparaîtra de votre esprit, de votre mémoire et de la mémoire des autres personnes à un point tel qu'ils penseront, croiront ou s’imagineront que votre nom de Mage est depuis toujours votre véritable nom »

Melinille s'empara en premier de la plume et traça sur la feuille de son écriture magnifique quelques lettres qui aussitôt disparurent sur la blancheur de la page. Et ainsi à mon tour je salua Sol-Amr'an une dernière fois avant qu'il ne quitte donc ce monde à jamais pour laisser place à Aslam'ron.

L'Arcanum nous invita alors à mettre une main sur la pierre luisante et usant d'un sort de téléportation, nous étions alors au second étage, devant nous une simple année d'étude de révision et elle se déroula rapidement.

En réalité Aslam'ron et sa camarade de classe continuèrent ainsi l'apprentissage dans la douleur, l'épuisement et la concentration la plus complète jusqu'à atteindre le Saperum. Il n'y avait devant eux plus que dix-huit ans d'études pour prétendre à devenir des Arcanums, de puissants Mages.

Aslam'ron ne voyait qu'au bout de la route, puissance et respect.

Mais un sombre destin en déciderait autrement. Le jour suivant l'entrée des deux amis dans le Conseil des Arcanums, ils n'avaient devant eux plus que dix-huit ans d'études, car déjà de sombres rumeurs relatant de l'arrivée d'une gigantesque Déesse Dragon du nom de Crucia sur Telara avait suffit pour que des tribus d'Orcris, les adorateurs de la Legion Tempête se rassemblent dans une éventuelle attaque du Bosquet.

Depuis ce jour il n'y avait plus de repos pour la belle citée sans âge des elfes, il n'y avait pas de jours sans raids contre les elfes de la part des Orcris, causant un peu plus de morts dans les deux camps à chaque fois.

Lasmillya avait en elle un sentiment d'inquiétude grandissant jours après jours, alors qu'Aslam'ron était de plus en plus sage et puissant, petit à petit l'enfant avide de savoir avait fait place à un monstre avide de puissance. Comment cela avait réussi, même le plus sage des sages n'auraient réussi à le prévoir. La rage du savoir de l'enfant était devenu aujourd'hui sa quasi raison d'être.
Revenir en haut Aller en bas
Aslamron
Adjudant Chef
Aslamron

Messages : 107
Remerciements : 4

Feuille de personnage
Ethnie: Elfe
Alignement: Neutre Strict (Indécis)
Vocation: Mage

Aslamron Arcanum De l'Age des Légendes Empty
MessageSujet: Re: Aslamron Arcanum De l'Age des Légendes   Aslamron Arcanum De l'Age des Légendes Icon_minitimeLun 19 Déc - 1:25

Chapitre Quatre
Bosquet du cœur, Age des Dragons, l'arrivée de la Tempête Sanglante
Aslam'ron et la fin d'un rêve.


Les premières pertes furent terribles pour le cœur des elfes, il n'y avaient eu jusqu'à présent que très peu de morts et la douleur faite par la perte d'un être cher est probablement l'une des douleur les plus intenses de notre monde.

Plus les jours défilèrent, plus Crucia était violente envers ce peuple, elle en avait d'ailleurs une haine viscérale, et lorsqu'il était possible elle obligea la plus part du temps ses soldats Orcris à réduire en cendres les habitations des elfes une fois ceux-ci morts.

Mais pour l'instant le Bosquet tenez bon, Aslam'ron et sa camarade était devenu de redoutables Arcanums, et ils avaient grand plaisir à vivre en dehors de la Magicae. Après un temps si long, un temps indécent pour la race des humains, ils avaient enfin le repos et la liberté de leurs actions libres de tous droits et d'usage de la magie.

Aslam'ron était la plus grande partie complètement absorbé par l'étude de tout un tas de choses, toujours à la recherche de plus de savoir, de plus de puissance.

Mais en ce jour maudit des dieux, un éclair déchira le ciel au dessus du Bosquet, un éclair qui déchira également l'âme d'Aslam'ron, une légion se massa devant les portes du Bosquet. Et une bataille des plus terribles s'engagea ne laissant que ruines et chaos autour d'elle. Malgré l'aide des autres races le Bosquet du Cœur des Elfes ne résista pas à l'assaut de Crucia et de ses troupes durant la Tempête Sanglante.

Aux premières lueurs du jour les Orcris utilisèrent toutes leurs batteries d'assaut pour enfoncer les portes du Bosquet, une pluie de roches déchira les paisibles demeures Elfiques, les soldats tentèrent par tous les moyens de mettre un pied dans le Bosquet. Mais les elfes avec leurs précieux alliés humains firent des ravages dans les rangs adverses la bataille dura de longs jours, les fantassins et les archers subirent de grosses pertes. Alors les Archimages entrèrent dans la bataille et des torrents de feu, des tempêtes d'orages firent du ciel une immensité de fureur, beaucoup d'Archimages trouvèrent la mort sous les lames et les flèches Orcris.

Alors que dans les rues la tourmente était à son comble sa camarade de classe implora Aslam'ron de prendre part au combat avec elle, la population avait besoin d'eux et de tout le monde pour défendre l'empire Elfe, mais Aslam'ron ne détourna pas le regard de ses grimoires, toujours à la recherche de l'indice ultime lui permettant de pouvoir atteindre la plus grande puissance ou du moins d'en découvrir le début du chemin.


Au petit jour du dernier combat, Aslam'ron sortit de ses torpeurs, il se mouva jusqu'à la porte de sa maison, encore sous l'effet de la stupeur de l'absence de sa simple amie. Alors une vison d'horreur s'afficha à lui, partout il y avait des morts, des elfes, des amis, des orcris, quelques humains aussi.
Son cœur éclata, sa rage de savoir laissa un bref instant de répit à son esprit, il s'empressa de partir à la recherche de ses parents et de sa camarade, au soir il n'y avait toujours pas de visions des recherchés.

Au milieu des ruines encore fumantes, Aslam'ron regarda les survivants prendre leurs affaires, autour de lui il n'y avait presque plus rien, le sanctuaire était en proie aux flammes, probablement que le Grand Prêtre est mort, la Magicae en ruine, le Grimoire de L'Oubli était introuvable comme le Vénérable d'ailleurs, ainsi qu'une partie d'Arcanums et d'Archimages. Très vite une rumeur incita les quelques survivants à prendre la route pour un endroit encore plus profond dans les bois de Tavra, aux limites des frontières dans un endroit qui porte le nom de Val de la Falaise, car il y paraît que certains du bosquet ayant réussi à prendre la fuite serait en train de faire une nouvelle citée.


Aslam'ron resta encore heures en vain à la recherche de ses parents et de sa camarade, et lorsqu'il du finir par accepter la réalité des choses il retourna dans sa maison. L'endroit était en train de devenir des plus dangereux, des créatures étranges étaient en train de prendre part, petit à petit des ruines du Bosquet. Il entassa ses livres, ses grimoires et toute ses recherches. Tout ce travail qu'il avait fait depuis des dizaines d'années, au détriment de la raison. Il incanta alors un véritable brasier en direction des parchemins et des documents, brûlant ainsi les traces d'une vie dans la chaleur des flammes pour que jamais plus quelqu'un d'autre que lui n'essaye à son tour son pari ridicule.

Aussi au plus profond de la nuit, dans sa pèlerine sombre, une sacoche à la taille il s'enfonça avec son bâton dans les bois aux alentours du Bosquet. Il marcha durant de longs mois, rencontrant parfois quelques camps d'hommes, quelques camps d'Elfes mais sans jamais prendre d'attachements ou d'amitiés pour eux. Il avait pour compagnon de voyage son esprit, une chambre froide et inviolable ou il n'avait de cesse pour penser aux arts magiques et à leurs applications et ainsi durant un temps non défini il se déplaça sans jamais de repos suivant au grès des routes l'envie de ses pas, à la recherche de tout ce qui pouvait encore être une source de savoir ou une source de puissance.

D’innombrables années s'étaient alors écoulées depuis alors l'apparition des humains sur Telara, ils avaient d'autres cultures, d'autres savoirs, d'autres forces et d'autres intelligences, Bien que plus jeunes par rapports aux elfes, les humains étaient des gens courageux et avec une volonté inflexible.
Aussi eux même étaient capable de prodiges, et sans doutes possible ils avaient aussi de puissants guerriers, de puissants mages et de puissants archers.

D'autres saisons passèrent et la guerre de la Tempête Sanglante continua de faire rage, les routes étaient peu sécurisées et il était folie que de voyager sans cesse comme Aslam'ron en avait l'habitude, puis lorsque secrètement son cœur eu fait le deuil de son échec, son esprit se manifesta à nouveau, le culte de la puissance, la rage du savoir était à nouveau jusqu'au plus profond de son âme. Il continua ses voyages, à la recherche de tout ce qui désormais pouvait lui offrir plus de puissance, toujours plus de puissance.

Désormais lorsqu'il était en visite dans un village ou dans un campement, son véritable objectif était d'apprendre tout ce qui pouvait ce savoir, fouinant même jusqu'à chercher des pistes pour des reliques ou des documents relatant des magies anciennes. Et comme le raconte le très vieux proverbe nain, celui qui pioche sans cesse, trouve toujours ce qu'il cherche, Aslam'ron se rua dans le possible fait qu'il existerait un sanctuaire mystérieux dans l'une des nombreuses grottes des bois de Tavra. Un sanctuaire selon quoi la rumeur raconte qu'il y décélérait des artefacts datant de l'Age des Veilleurs, et dans les plus grandes folies, à l'origine même de Telara.

Aussitôt Aslam'ron employa tout son savoir et tout ce qu'il avait comme ressource pour trouver le très vieux reliquaire. Et à force de recherches longues et coûteuses, il découvrit alors ce qui semblait être les traces d'un ancien temple, mais l'endroit était en bien triste état, il s'enfonça silencieusement dans les entrailles de la terre à la recherche de quelque chose dont lui même ignorer ce que ce pouvait être.

Puis soudain au détour d'un couloir, la vision d'un autel baignant dans la douce et faible lumière de nombreux cristaux sur les parois d'une salle gigantesque l'attira comme le miel attire les abeilles. Il avança en direction de l'autel dans un silence religieux, respirant à peine, pensant avoir fait une découverte des plus miraculeuses et des plus prodigieuses, il posa les yeux sur un livre d'une beauté grandiose, il toucha alors délicatement la couverture de ses longs doigts, et alors qu'il commença à entrouvrir le livre, un grondement ahurissant se mit à faire trembler la totalité de la grotte.


Levant la tête il contempla au dessus de lui deux énormes boules rouges, puis deux autres, et encore deux autres formant une rangée, puis une autre rangée plus petite fait son apparition en dessous et enfin encore une autre plus petite.

Son premier réflexe consista à prendre son bâton à deux mains, dans sa tête il récita l'incantation de protection la plus puissante qu'il avait eu à apprendre, et alors qu'il pensa apercevoir une flamme devant lui, un bouclier protecteur entoura son corps, un flot de feu qu'il n'avait encore jamais eu l'occasion de voir entoura la bulle de protection. Si c'était un mage qui était face à lui il n'y avait aucun doute que ce mage était bien plus puissant qu'Aslam'ron.

Lorsque la tempête de flamme s’arrêta, Aslamr'on se prépara à son tour pour incanter une boule de feu en direction de son attaquant, il incanta rapidement l'ogive de feu qui s'envola à une vitesse fulgurante dans les ténèbres de la grotte. Et lorsque l'attaque trouva enfin sa cible, il n'y eu rien, pas un cri, pas un râle d'agonie rien, le néant le plus complet.

Les boules rouges continuèrent de se mouvoir en direction de l'autel, Aslam'ron incanta alors plusieurs autres sorts de dégâts qu'il avait eu à apprendre plus jeune et tous sans succès. Lorsque les boules furent au dessus de l'autel, une créature qu'il n'avait encore jamais aperçu se dévoila à la lumière blafarde, c'était une créature gigantesque aussi grand que les arbres il était si lourd qu'il ne pouvait que durant de petit temps se mettre sur ses pattes arrières.

Il avait une énorme gueule avec des rangées de crocs aussi longues que des dagues, et des griffes aussi grande qu'un homme et aussi tranchante que les lames d'un redoutable guerrier. Aslam'ron ne pouvait s’empêcher de se dire qu'il existe des surprises de la part des créateurs de Telara dont il aurait voulu ne jamais en apercevoir le plus infime morceau. Aslam'ron ne savait que faire, il fallait absolument prendre ce grimoire, mais avec ce monstre face à lui c'était impossible.

Aussi il encaissa avec l'aide de ses sorts protecteurs deux autres vagues de chaleurs, le tout avec quand même une véritable difficulté pour résister, alors à un moment il tenta sa chance, se ruant sur l'autel il attrape le livre et se réfugiant derrière un pilier, il n'hésite pas un instant et ouvre la première page, son regard se pose alors sur le document, mais ce grimoire ne résista pas au contraire des elfes aux attaques du temps, alors qu'il entama la lecture du premier mot le livre tomba en poussière.

A peine conscient de la perte de ce livre semblant fantastique, il baissa les yeux sur le tas de cendres et de poussières à ses pieds. Tout à coup une explosion à sa droite l'envoya dans les airs, ses vêtements étaient déchirés et il avait sous le coup de la violence de profondes blessures lacérant son corps à plusieurs endroits. La créature ayant compris qu'elle ne serait pas en mesure d'avoir ça cible par le feu elle avait fait le choix des griffes et d'un coup de patte dans le pilier, elle avait détruit la cachette du mage ainsi que sa protection magique.

Aslam'ron percuta le mur avec violence et non sans quelques graves craquements dans certains de ses membres, à terre impossible de se mouvoir, la grande bête s'approcha des plus lentement par son poids et sa taille, les yeux à demi ouvert, Aslam'ron savait que la fin était proche, quelle ironie du sort, il avait toute sa vie, fait en sorte de mettre les choses et les gens de coté pour le savoir et la puissance, il était probablement passé à coté d'une vie fantastique, il aurait été un fantastique protecteur, il aurait même sûrement vécu de nombreuses et agréables aventures en tout Telara, si seulement ce besoin de puissance incommensurable ne l'avait jamais ronger.


Mais au delà de la raison, l'inconcevable se produisit dans un moment tel que celui-ci tout être normalement constitué serait en proie à la peur, aux remords, aux pensées de n'avoir jamais eu la chance de faire ce dont ils avaient envie de faire.

Mais non Aslam'ron lui s'en voulu de n'avoir justement jamais réussi à atteindre la puissance pour par exemple réussir à vaincre tel créature. Mourant il se jura de ne pas partir en paix, de ne pas avoir réussi ce qu'il voulait faire et il doubla son vœux en s'interdisant de trouver le repos.

La créature plongea sa patte en direction de l'elfe agonisant au sol, la blessure absolument fatale emporta avec elle la vie d'un être égoïste et cupide de savoir, avide de puissance, il ferma les yeux sous l'effet de l'atroce douleur, c'était la fin d'un rêve.
Revenir en haut Aller en bas
Aslamron
Adjudant Chef
Aslamron

Messages : 107
Remerciements : 4

Feuille de personnage
Ethnie: Elfe
Alignement: Neutre Strict (Indécis)
Vocation: Mage

Aslamron Arcanum De l'Age des Légendes Empty
MessageSujet: Re: Aslamron Arcanum De l'Age des Légendes   Aslamron Arcanum De l'Age des Légendes Icon_minitimeLun 19 Déc - 1:26

Chapitre Cinquième
Limbes des Âmes
Époque datant de la Tempête Sanglante jusqu'à nos jours
Aslam'ron et le retour de la Vie.

Dans tout Telara de nombreuses choses se produisit sans qu'Aslam'ron et tant d'autres gens ne puissent le voir, Crucia par exemple détruisit la presque quasi totalité des elfes, les dieux mineurs de la Tempête Sanglante se retournèrent contre le puissant Régulos. Les habitants de Telara réussirent à se liguer contre ce fléau avec l'aide des Veilleurs, les Shalastiris, ancêtre des Bahmis entrèrent par le plan de l'air avec l'aide de leur Roi pour venir en aide aux Telarans. Les Eths découvrirent le moyen d'utiliser la pierre-source pour leurs machines.

D'autres grands événements encore tel que la capture des Dieux de la Tempête Sanglante par de grands héros, Régulos lui même fut banni, certains des elfes survivants portant le nom de Kelari se détournèrent de la Déesse Mère Tavril, Les Veilleurs aidèrent les mortels à construire le Voile pour protéger Telara de la menace des Plans et pour tenir Régulos et les autres Dieux de la Tempête Sanglante à distance.

Aslam'ron pour sa part se réveilla dans un endroit des plus étrange et sous une forme encore plus étrange, il semblait être immatériel, simplement une pensée, l'écho d'une voix, rien de plus, son enveloppe charnel n'était plus, mais dans cette endroit étrange il semblait pourtant avoir encore toute sa mémoire.

Très vite il se demande pourquoi ici, pourquoi être là était ce les promesses de non repos qui l'avait directement envoyé ici ? Toujours est il qu'une rage d'une noirceur des plus profondes était en train de brûler au creux de son âme, il voulait la vengeance, il voulait le pouvoir il fallait plus encore que ce qu'il avait eu durant son vivant.

Aslam'ron parcouru des étendus de vide immense sans ne rien voir, et un jour durant son voyages dans les limbes il rencontra un être très ressemblant à sa forme, il engagea alors avec lui une conversation des plus intrigante, un conversation qui n'avait pas lieu d'être ici, mais Aslam'ron souhaita savoir si il y avait dans cette endroit beaucoup d'autres esprits comme eux.

Et la forme lui répondit que oui, ils étaient des milliers et peut être plus encore, car il y avait fort à croire que c'était l'endroit ou les âmes des morts attendaient le repos ou la souffrance.

Instinctivement l'esprit d'Aslam'ron se mit alors en route pour une nouvelle quête de savoir et de puissance dans le fleuve des âmes, dans les limbes elles mêmes, durant des dizaines et des dizaines d'années, il côtoya les esprits de nombreux autres Telarans, il en tira des connaissances, des expériences et des savoirs, il continua sa route de la puissance, sans le savoir parfois il avait accès aux paroles et aux pensées d'autres mages, de héros parfois même et toujours il en profitait pour prendre un peu du savoir aussi infime soit il de la part de ses personnes.


Sur Telara à ce moment toujours les années continuèrent, Les Shalastiris s'établirent dans le Canyon de Rhaza'de et se sont mêlés à la population humaine locale, ce qui a donné naissance au peuple connu sous le nom des Bahmis. Les Eths appliquèrent la Technomagie à leur vie de tous les jours. L'alliance des Chasseurs de Dragons s'est essentiellement formée d'Eths et de Bahmis, pour surveiller les Cultes Draconiens. Les Veilleurs demandèrent à ce que les Eths abandonnent la Technomagie. Les Eths refusèrent la demande des Veilleurs, et fondèrent le puissant Empire Ethien. La Technomagie tomba plus tard dans les mains des Cultes Draconiens, et L'empire Ethien s'éffondra.

Au nord de tout cela Le roi Mathosien Jostir L'ancien mourut mystérieusement. La Guerre civile entre les fils de Jostir, Aedraxis et Zareph, ravagea la moitié nord de Telara. L'Alliance des Chasseurs de Dragons découvrirent la preuve qu'Aedraxis traita avec la Cour Eternelle. Orphiel Farwind, le meneur de L'alliance des Chasseurs de Dragons, envoya Asha Catari afin d'avertir Zareph. Aedraxis recourut à une redoutable magie; ses actes brisèrent le Voile entourant Telara et y entraînèrent le Plan de la Mort. Aedraxis devint un mort-vivant et est couronné roi en tant que fils-aîné. La plus grande partie de la patrie Mathosienne est détruite par l'Ombre. L'Alliance des Chasseurs de Dragons a perdu un grand nombre des siens en défendant Telara contre le Plan de la Mort. Asha Catari mourut en combattant aux côtés de Zareph. Aedraxis et ses disciples prirent la fuite vers le nord. Zareph et ses disciples fuirent vers le sud et trouvèrent Port Scion. Le reste de l'Alliance des Chasseurs Dragons rejoignirent les Mathosiens à Port Scion.Les Bahmis arrivèrent à Port Scion et élevèrent les murs de la ville.

Et durant les nombreuses années ou tout ces actes se déroulèrent Aslam'ron continua de faire grossir son savoir et sa puissance, lui apportant bien qu'inutile dans le monde des Limbes une puissance qui aurait été fantastique sur Telara, toujours la rage au fond de lui, il semblait ne pouvoir être la proie de rien ni personne. Et pourtant comme dans tout royaume il y existe toujours un maître, et ce qu'était en train de faire Aslam'ron n'était pas fait pour être des plus plaisant aux yeux de 'ceux-ci'.

Durant ce temps, d'autres choses sur Telara se produisirent, Orphiel commenca son enquête sur les restes de la technologie Eth. La philosophie d'Orphiel, qui est que la technologie Eth devrait s'élever à nouveau, commence à avoir ses disciples. Le premier des Élus apparut pour reprendre sa place parmi les Gardiens, et les partisans d'Orphiel virent leur nombre diminuer. Orphiel et son reste de disciple quittent Port Scion. Orphiel trouva les anciennes machines Technomagiques Eths dans les Terre Sombre et ré-alimenta les machines. Asha Catari fut la première des Renégats à avoir été ressuscitée sous forme d’Élue, grâce à la Technomagie.

Et durant ce temps Aslam'ron en profita pour accroître encore et toujours sa puissance et son savoir. Jusqu'au jour ou furieux, une messagère des Veilleurs s'approcha de sa forme d'esprit pour l'invoquer dans un endroit à nouveau inconnu.
Elle lui expliqua qu'en raison de son manque de dévotion à la cause des elfes et à la cause de Tavril durant son vivant, il devrait être à l'heure actuel complètement détruit dans le néant. Mais alors que durant toute sa vie il avait fait une course sans fin pour le savoir et la puissance, il avait par la force des choses et de ces choix réussi à atteindre une véritable puissance hors du commun, et malgré sa cupidité qui le conduisit à encore le faire dans le monde des Limbes, les Veilleurs voyaient en lui, une arme de choix pour lutter contre le nouveau fléau grandissant, mais en réalité c'était une arme bien trop dangereuse, une arme à double tranchant qui pouvait à tout instant se retourné contre son porteur.

Aussi lorsque le jour de la rédemption pour des centaines et des centaines d'élus fit son apparition, il n'y eu pas de douces lumières pour venir bénir le corps sans formes d'Aslam'ron dans le néant des limbes.

Sa punition aussi terrible soit elle consistait à vivre une vie d’errance entre deux mondes, pas de repos, pas de souffrances, une vie ou il aurait tout le temps pour penser à ses erreurs, tout le temps pour contempler son savoir et sa puissance qui ne lui serait d'aucune aide. Même dans la mort il serait paria parmi les parias.

Mais Aslam'ron avait encore une idée en tête, puisqu'on ne lui offrirait pas ce passage, il le prendrait de force, même si pour cela il se doit de perdre le reste d'humanité Télaran en lui. Le temps passa et il contempla en silence de nombreux élus revenir à la vie sans que ce soit son tour, qu'importe en silence il observa.

Après des dizaines d'études de cas, il avait comprit que c'était les messagères qui avaient un pouvoir merveilleux, le pouvoir de rendre à nouveau la vie. Au début il se résigna, jamais il ne pourrait être libre de la mort.

Mais un jour plus sombre qu'un autre dans les limbes, il constata un surprenant phénomène, un phénomène qu'il nomma de lui même Chaos, se phénomène avait pour acte d'ouvrir une sorte de trou gigantesque aspirant tout ou presque ce qui avait sur son passage, et généralement c'était des créatures des limbes, des horreurs sans noms. Plus tard après son retour sur Telara, Aslam'ron découvrira que ce phénomène porte le nom de failles.

Pour réussir son entreprise Aslam'ron sacrifia une grande partie du peu de son énergie mortuaire, mais au prix de ce sacrifice, il enferma son âme défunte dans le corps qu'il avait avant de périr contre la créature gardienne du livre magique, un véritable reflet de lui avant la mort, mais même si l'artifice était beau ce n'était pas l'esprit d'un jeune elfe qu'il y avait dans ce corps, mais celui d'un Arcanum de l'ancien temps, débordant de savoir et de puissance.

Lorsqu'il trouva la force de se mouvoir dans le fleuve des Limbes, il sentit son corps sous une atroce pression spirituelle, le plus simple mouvement était une souffrance sans fin, il traîna son corps a moitié sans vie en direction d'un Chaos le plus proche, il usa d'artifice pour ne pas se faire voir des créatures qui étaient en train de prendre route vers Telara pour tenter un assaut.

Lorsque son corps échoua sur le sol il trouva dans une ultime respiration l'effort pour fuir la bataille qui allait avoir lieu, par chance encore, son corps gisant au milieux des combats, bien trop las, devait avoir l'aspect d'un soldat mort au combat et on le laissa suffisamment au calme pour que par de faibles mouvement il réussisse à joindre un bosquet non loin de là.

Il sourit, il à réussi son ultime épreuve mais les victoires ont toujours un prix, sa fuite pour le royaume de la vie lui coûta de nombreuses ressources mentales, et il s'acquitta de ce prix en oubliant des sortilèges et incantations d'une puissance hors du commun, certains le fruit d'une vie d'elfe à apprendre...

Il sourit encore, le dos contre le bosquet, il respire, son tour de force n'avait pas non plus était sans être suivi par 'eux' avec du recul il se demandera plus tard si justement ce ne fut pas là le prix pour réussir, et sur le droit chemin il décidera de devenir plus fervent.

Mais il savait que désormais, rien ne serait plus comme avant, il avait sur lui le poids de la surveillance, le moindre de ses gestes, qu'arrivera t'il ?
Peu importe, il trouvera une solution...

Aslam'ron se leva tant bien que mal à la recherche d'une auberge, il avait en plus d'autres choses, énormément de sommeil à reprendre avant d'essayé son premier sort sur Tavra depuis de longues, si longues années....
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Aslamron Arcanum De l'Age des Légendes Empty
MessageSujet: Re: Aslamron Arcanum De l'Age des Légendes   Aslamron Arcanum De l'Age des Légendes Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Aslamron Arcanum De l'Age des Légendes
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Partenariat Légendes Éternelles ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: La Grande Bibliothèque :: Le Mur des Légendes (BG)-
Sauter vers: