AccueilPortailMembresGroupesRechercherCalendrierS'enregistrerConnexion
Video Anniversaire
Recrutement

Que vous Soyez un Voyageur, une jeune Elue en quête d'aventures ou un simple curieux, Soyez le bienvenu dans notre Antre ... .

Fiers bretteurs, forts en gouaille, fervents disciples de Mariel Taun ou encore pyromanciens dont la passion pour les flammes devient inquiétante, nous aimons affûter nos lames, dépoussiérer nos plus puissants grimoires et partir ensemble, relever les plus grands défis de ces terres ...

Si Partage, Plaisir et Courage sont autant de mots que vous portez en étendard... Si l'envie vous prend de vous investir pour le salut de Telara et le respect de nos valeurs... Alors cessez d'hésiter et entrez .... Votre place est certainement parmi les nôtres ...

Tableau de chasse
Derniers sujets
» [BoS] Azranel
Hier à 10:57 par Moystia

» Trion, Rift et L'Ordre !
Dim 11 Nov - 23:40 par Atys

» Candidature de Yansei
Sam 3 Nov - 15:27 par Elodril

» [TD NM 4/4] Il a mal où??! Il à Mal- à -nnon!
Dim 21 Oct - 22:39 par Moystia

» Patchnotes!
Ven 19 Oct - 12:39 par Louvinette

» Soirée Halloween 2018
Ven 19 Oct - 12:29 par Louvinette

» Petites news et changements à venir..
Ven 12 Oct - 8:21 par Moystia

» MARCHOMBRE - Shadeborn
Jeu 4 Oct - 12:45 par Louvinette

» DANSELAME - Bladedancer
Jeu 4 Oct - 12:42 par Louvinette

» ASSASSIN - Assassin
Jeu 4 Oct - 12:39 par Louvinette

» SABOTEUR - Saboteur
Jeu 4 Oct - 12:24 par Louvinette

» RÔDEUR - Ranger
Jeu 4 Oct - 12:19 par Louvinette

» STRATÉGUERRE - Tactician
Jeu 4 Oct - 11:39 par Louvinette

» TRAQUEUR DES FAILLES - Riftstalker
Jeu 4 Oct - 11:27 par Louvinette

» TIREUR D'ÉLITE - Marksman
Jeu 4 Oct - 11:20 par Louvinette

Venez découvrir RIFT avec nous
Les posteurs les plus actifs du mois
Atys
 
Elodril
 
Moystia
 
Agonisse
 
Armïnde
 
Yansei
 
Valir
 

Partagez | 
 

 Aphykit : Naia Phykit - les combats d'une âme tourmentée

Aller en bas 
AuteurMessage
Aphykit
Maréchal
avatar

Messages : 678
Remerciements : 37
Humeur : Nébuleuse

Feuille de personnage
Ethnie: Mathosien(ne)
Alignement: Chaotique Neutre (Esprit Libre)
Vocation: Clerc

MessageSujet: Aphykit : Naia Phykit - les combats d'une âme tourmentée   Sam 26 Jan - 20:45

[HRP]
Ceci est le commencement de l'histoire de Naia Phykit, après son ascension parmi les élus des veilleurs. Cela fait suite à l'histoire décrite ici. Désormais Aphykit raconte son histoire elle-même, via un journal où elle relate ses impressions sur les événements de Telara et sur le groupe de combattants qu'elle côtoie au quotidien.
[/HRP]


Je me suis souvent demandé si oui ou non, je devais coucher sur le papier mes sentiments, mes impressions sur ce monde qui part à la dérive, sur la noirceur qui obscurcit mon cœur et sur les rares éclaircies qui me permettent de continuer à vivre et à combattre pour les gens que j'aime. J'ai finalement décidé de sauter le pas. En effet, la mémoire n'est qu'illusion. Elle est traître, car trop souvent les hérétiques s'en servent pour enfermer les illusions des élus dans des prisons ou des dogmes. Il faut que cela cesse. Mes écrits, bien que les chances que d'éventuels lecteurs en prennent connaissance sont minces, permettront peut être de rétablir un semblant de vérité.

Au cours des années passées à servir les veilleurs dans leur lutte contre les plans, tant d'émotions m'ont assaillie, tant de peine et de douleur, que je ressens le besoin de me vider, de me purger de ce poison qui m’oppresse. Mes larmes se sont asséchées, et de par mon statut d'élue des veilleurs, mon sang ne coule désormais plus et la vie s'acharne à revenir habiter mon corps. L'encre que je dépose sur ce parchemin est le seul liquide qui puisse désormais s'écouler de mes plaies. Alors soit. L'odeur du parchemin ravive une foule de souvenirs que je croyais enfouis au plus profond de moi. Mais en fait, c'est juste que je me protégeais des émotions contradictoires que ces souvenirs animent en moi. J'ai décidé de ne pas m'attendrir sur un passé qui est désormais à des siècles derrière moi. Thelwen... mon père... si vous étiez encore là avec Nilipar, vous me morigéneriez. Il faut rejeter ce qu'on ne peut modifier.

Mais pourquoi? Pourquoi est-ce arrivé? Vous qui avez toujours fait preuve de sagesse et de clairvoyance, pourquoi n'aviez vous pas prévu ces malheurs? La destruction de tout notre clan, la mort de tant d'elfes dans une violence effrayante... J'ai la nostalgie des jours heureux... Et je sens la mort. Cette même sensation qu'autrefois lorsque Naia m'a investie avec ses pouvoirs, ces pensées lugubres qui s'immiscent en moi, cette douleur lancinante de l'âme qui me rejoint dans mes insomnies. Que dirait Astagar, le consul de l'Ordre Draconique dans ces instants? Probablement de tirer l'épée et d'aller guerroyer afin de ne pas ressasser trop longtemps des pensées négatives. Et Moystia elle, écarterait tout cela d'un simple geste de la main, en manquant probablement d'incendier la pièce par la même occasion. Comment font-ils?

Bien qu'il m'ait fallu malheureusement, à cause de tous ces événements tragiques, renoncer à l'apparat du trône Alexu et aux magnifiques réjouissances instaurées en toutes occasions, la modeste chambre que j'occupe dans les quartiers des mages ne correspond pas à ma personnalité. Il faudra que j'en touche deux mots aux Consuls ou à Moystia. Je mérite mieux. Elle est trop petite, trop froide... et dans le silence qui l'habite, les grattements de ma plume sur le parchemin résonnent en des bruits effrayants, angoissants, comme si les mots qui allaient être écrits souffriraient d'être débusqués et piégés sur ce papier pour de nombreuses années. Cependant les lignes défilent, le parchemin se noircit rapidement, l'encre coule à flots d'une blessure qui ne cicatrise pas.

Est-ce la vie qui me déserte pour habiter mon texte? Peu importe, car il le faut ! Oui ! Il faut que cette translation, peut être la plus puissante magie qu'il m'ait été donné d'accomplir, se produise. Ce n'est pas un sacrifice en soi mais une offrande, un acte de grâce. Si je parviens à fixer dans ce qui est en train de devenir mon journal ne serait-ce qu'un dixième, ou un centième de ce que j'ai vécu dans ma prime jeunesse, pendant les enseignements suivis avec le conclave des magiciens, après la terrible bataille des larmes, sur les champs de batailles en exterminant les hérétiques dans une pure personnification de la plus cruelle des vengeances, ou également après mon arrivée dans ce magnifique Ordre Draconique, alors je me serai réconciliée avec mon passé, et je me dissoudrai dans le vide avec une telle joie que mon rire retentira avec force d'un bout à l'autre de Telara, de Mathosia à Tynandra et Brunante.

Mais puisqu'il faut un point de départ à toute histoire, revenons sur les raisons qui m'ont poussé à agir de la sorte, à chercher vengeance au mépris des conseils du Consul et de Moystia, à chercher la mort des renégats, ces vils êtres qui m'ont trahie, abandonnée sur un champ de bataille où nous pouvions encore l'emporter et qui sait? repousser les plans qui auraient alors peut être abandonné toute velléité de conquête de nos terres.

Non mais regardez... je déraille... les plans, abandonner? Je prends mes désirs pour des réalités... Quoi qu'il en soit, il y a bien eu trahison, mais la question qui se pose est primordiale pour moi. Est-ce uniquement Aznag qui est un lâche et un traître, ou bien est-ce que cette traîtrise circule dans le sang de tous les renégats? J'ai peur de trouver réponse à cette question... j'ai peur de m'être fourvoyée dans mes combats... J'ai peur de m'être égarée dans des labyrinthes symboliques qui égarent ma pensée, et par extension, ma volonté. Les deux thèses peuvent être soutenues. Mais je ne suis pas la seule à penser que les hérétiques devraient être châtiés. Mais est-ce que la pensée d'un groupe nombreux est forcément la vérité? Certes non...

Mon dieu... Il faut que j'arrête ces divagations, ou je vais devenir aussi folle que l'était Nyx.
Revenons sur terre et dormons un peu, le jour se lèvera bientôt, et il faut que je sois en forme pour ne pas paraître trop froide envers ces nouveaux arrivants dans notre Ordre... ces hérétiques... Ils ne m'ont pas l'air mauvais. Je devrais peut être revoir mes opinions...


[A SUIVRE]


Dernière édition par Henn le Mar 18 Juin - 11:23, édité 1 fois (Raison : modification du titre)
Revenir en haut Aller en bas
Aphykit
Maréchal
avatar

Messages : 678
Remerciements : 37
Humeur : Nébuleuse

Feuille de personnage
Ethnie: Mathosien(ne)
Alignement: Chaotique Neutre (Esprit Libre)
Vocation: Clerc

MessageSujet: Re: Aphykit : Naia Phykit - les combats d'une âme tourmentée   Sam 16 Mar - 11:51

Encore une fois, je n'arrive pas à trouver le sommeil. Tant de questions m'assaillent, je préfère alors prendre ma plume au lieu de tergiverser dans mon lit. Écrire ce que je ressens me permettra peut être de trouver les réponses à ces questions...

Quelle est ma place dans ce monde? Quel est mon but? Pourquoi les veilleurs ont-ils décidé de me ressusciter, de me ramener parmi les vivants? Suis-je donc si spéciale? Et d'abord, comment ces entités supérieures peuvent-elles être certaines que je vais répondre à leurs attentes? Est-ce que devenir un être élu est sensé nous protéger de ces péchés qui assaillent les mortels? J'entends l'envie, l'orgueil, la colère... Si c'est le cas, il est clair qu'un problème se pose avec ma personne. Car je n’ai jamais autant ressenti de colère que depuis le jour où je suis morte, trahie par les gens en qui j'avais confiance. Or, ces pulsions malsaines qui me hantent constamment, ces envies de meurtre, d'assouvissement de ma colère par une vengeance brutale, aveugle, m'empêchent de raisonner clairement. Dans mes rares moments de lucidité, j'essaie de réfléchir posément, de prendre ma plume, de me poser les questions qui importent.

Cher lecteur improbable, peut être êtes vous également un Gardien, un être élu? Auquel cas, soit vous obéissez aveuglément aux commandements des veilleurs, et faites passer la lutte contre les maléfiques forces des plans en premier lieu, avant toute autre chose, avant tout assouvissement d'une envie personnelle, soit vous êtes comme moi. La personnification de l'indécision, du questionnement. En effet la haine qui m'habite fait passer les combats contre les dragons après ma vengeance personnelle. Or, je m'en rends bien compte aujourd'hui... ma vengeance n'a pas de fin. Toujours je tuerai en souvenir de cette bataille des larmes, toujours contre les renégats hérétiques mes sorts s'abattront. Même ressuscitée, je suis toujours morte... Comment vivre avec le poids de l'échec sur les épaules? Avec le fardeau d'une telle responsabilité sur les événements qui se déroulent depuis plusieurs siècles? Sachant cela, cher lecteur improbable, pourriez-vous m’en vouloir? Me jetteriez vous la pierre? Pourrais-je être pardonnée de ne pas me dévouer corps et âme à la lutte contre les plans et à l'anéantissement des dragons, comme j'ai juré à Astagar de le faire?

Je sais cependant une chose dont je suis sûre. Je ne suis plus seule. J'ai décidé de sauter le pas il y a quelques lunes, et j'ai épousé l'Archimaréchal Huit, un intrépide clerc suivant à la fois la voie de Nyol et de Nysyr. Je l'ai rencontré sur les champs de bataille, où, au fur et à mesure des combats, nous avons appris à former un redoutable duo. Lui, me soignant sans relâche, refermant mes plaies, et moi déchaînant le feu sur les hérétiques. Il n'est malheureusement plus trop présent ces jours-ci. J'espère que la raison à ces absences ne sont pas les mêmes questionnements que ceux qui me hantent. Auquel cas... j'ai peur que nous ne nous en sortions pas... De plus, notre Ordre est en train de devenir un autre sujet de préoccupation. Astagar persiste à vouloir intégrer dans nos rangs des renégats. Je dois me faire violence pour leur montrer un visage avenant, et ne pas les incinérer sur place. Je conçois que cette phrase soit choquante, mais ce n'est pas une provocation gratuite. Peut être un jour trouverais-je la paix intérieure, et pourrais-je les cotoyer sans arrières pensées. Croyez moi, je vous le jure, j'essaie. Mais c'est si dur...

La quête, l'idéal, le futur, l'après, la destinée, la postérité, demain, le paradis, l'espérance, l'enfer... Tous ces mots ne sont que mensonges, des leurres, destinés à nous éloigner de nous même, de notre moi profond qui cherche à exister, malgré la propension que nous avons à le repousser. Les renégats, qui chaque jour se complaisent dans l'élaboration de leur technologie hérétique, pourraient-ils être plus proches de leur moi véritable que tous les Gardiens abrités derrière leurs dogmes sacrés? C'est sans doute la raison qui a poussé Astagar à les incorporer à notre Ordre, malgré les remous que cela aura inévitablement entraîné. Je devrais peut être lui parler. Sous ses airs de brute épaisse, cet homme fait preuve d'une sagesse que je ne m'attendais pas à découvrir chez un Mathosien ayant embrassé la voie du guerrier. Et d'ailleurs, il suffit de constater à quelle vitesse se sont adaptés mes autres compagnons d'armes. Ils ont refusé de répondre par la dénégation, par la violence, par le refus de l'amitié de ces renégats. Sont-ils plus sages que moi? Moi qui me targue d'accueillir en mon sein la sagesse de toutes les générations précédentes du clan Alexu...

Cela devient intolérable d'écrire. La douleur qui tiraille mon âme devient plus forte à chacun de mes mots. Thelwen, Nilipar, pardonnez moi. Je vous vengerai, un jour ou l'autre. La seule question qui demeure est celle-ci: alliée aux renégats, faisant front ensemble, ou seule...


[A SUIVRE]
Revenir en haut Aller en bas
Aphykit
Maréchal
avatar

Messages : 678
Remerciements : 37
Humeur : Nébuleuse

Feuille de personnage
Ethnie: Mathosien(ne)
Alignement: Chaotique Neutre (Esprit Libre)
Vocation: Clerc

MessageSujet: Re: Aphykit : Naia Phykit - les combats d'une âme tourmentée   Jeu 10 Oct - 19:26

Aujourd'hui est un grand jour. Cela faisait des décennies que je ne m'étais pas sentie aussi bien. Cher lecteur improbable, j'ai enfin compris que j'étais dans l'erreur. Il est assez ironique que je le doive à mon époux, l'archimaréchal Huit. Lui, toujours premier à foncer dans la mêlée sur les champs de bataille a réussi à me surprendre à un point que jamais, au grand jamais, je n'aurais pu imaginer. Mais je m'égare. Commençons par le commencement.

J'ai du m'absenter des rangs de l'Ordre afin de réaliser une mission que m'avaient confié les consuls. Une fois revenue, j'ai eu la surprise de constater que Huit était accompagné par une jeune Eth, prénommée Arrianne. Quelle ne fut pas ma surprise, lorsque après avoir, non sans mal, réussi à lui tirer les vers du nez, il m'a avoué avoir adopté cette renégate ! Lui, pilier de la lutte contre les hérétiques, décider d'être le père d'une Eth ! Une fois le premier choc passé, je lui ai bien évidemment demandé la raison d'un tel retournement de situation. Et j'en ai appris plus sur mon époux. Jamais il ne m'en avait parlé, et je ne lui en veux pas, sachant que le passé peut être douloureux. Mais il s'avère qu'il avait une fille auparavant, et que, après avoir rencontré Arrianne, qui lui ressemble comme deux gouttes d'eau, l'émotion fut la plus forte, et il s'en est rapproché. Cette jeune Eth, apparemment à la recherche de protection et de bons conseils, a accepté de le suivre.

Ceci aurait pu me mettre mal à l'aise, moi qui, depuis mon ascension parmi les élus des Veilleurs, ne recherchait que la vengeance... Mais j'ai réussi à mettre de côté mon animosité, tout d'abord par respect pour Huit, afin de discuter et d'en apprendre plus sur elle. Il s'avère que ce fut elle, Arrianne, la clé de ma paix intérieure. En effet, moi qui était depuis de nombreuses lunes dans l'indécision, ne sachant plus sur quel pied danser, j'ai enfin obtenu les réponses que j'attendais tant, et me suis réconciliée avec mon douloureux passé. Non, je ne serai pas seule dans la lutte contre les plans. Non, les renégats ne sont pas tous hérétiques. Oui, il est possible de faire front ensemble... Cette jeune Eth a abandonné tout son héritage afin de suivre la voie des veilleurs enseignée par Huit, et s'allier à l'Ordre. C'est ceci qui m'a fait réaliser mon erreur. Si une renégate pouvait changer à ce point, pourquoi ne pourrais-je pas faire de même, et admettre mes torts? C'est désormais chose faite. Dieu, qu'il est dur de comprendre que nos actes étaient voués à l'échec, et que la vengeance n'est pas une solution...

Faire front ensemble, disais-je. Eh bien oui. J'ai pris l'éducation de la jeune Eth en main. Naïve et encore inexpérimentée, elle fait cependant preuve d'un talent certain au combat, et d'une ingéniosité assez délicieuse. Arrianne manie les dagues et a embrassé la voie de l'assassin. Cette rôdeuse des ombres sera un jour un des atouts majeurs de l'Ordre dans notre lutte contre les plans, j'en fais le serment. Et pour que cela se réalise, il faut la raisonner sans cesse, lui montrer ses erreurs, lui expliquer comment se battre, comment aborder une cible, et surtout, à ne pas se jeter tête baissée dans un combat ou une situation difficile sans réfléchir. Cela a d'ailleurs été un sujet de discorde hier entre elle et Huit. Il est assez ironique de constater que ce dernier, même s'il l'a adopté, tient à conserver cela secret. Il pense à sa réputation, et à ce qui en découlerait si une telle nouvelle se répandait dans les rangs des Gardiens. Elle, afin de nous impressionner, et de prouver sa valeur, s'est introduite dans Sanctum en toute discrétion, au nez et à la barbe des gardes de la ville. Huit était furieux. Vous auriez du l'entendre hurler ! Il pensait déjà aux conséquences d'une capture de notre fille sur son statut d'archimaréchal.

J'ai réussi à désamorcer la situation. En demandant à Arrianne de prendre à défaut Huit lui même, et à l'approcher silencieusement. Lui toujours très fier, a finalement du admettre que s'il était dupé par sa fille, elle n'aurait aucun mal à réitérer cet exploit face aux gardes de Sanctum. Cela m'a fait beaucoup rire, et je pense que cet épisode a terminé de nous rapprocher, elle et moi. Certes, elle est assez fruste, et ne connait rien à l'étiquette, mais cela est plus touchant qu'autre chose. Vous auriez du voir sa tenue hier soir ! Robe d'un autre âge et pieds nus, j'aurais pu me sentir gênée d'être accompagnée par une telle personne, mais non. Je change apparemment, et aujourd'hui j'accepte ce que je n'aurais pu accepter auparavant.

Thelwen, Nilipar, je sais que vous m'observez, et j'espère de tout cœur que vous approuvez mes actes. J'ai trouvé la paix, et je sais aujourd'hui que l'union des forces Gardiennes et Renégates est indispensable à notre victoire contre les plans. Certes, il serait naïf et stupide d'imaginer que tous les renégats sont dignes de confiance, mais savoir que certains le sont, et qu'ils donneraient leur vie pour la vôtre me met du baume au cœur. Je vais continuer à m'investir pour Arrianne et pour Huit, et j'espère qu'un jour, ensemble, nous ferons face aux hérétiques et aux forces des plans en sachant que nous finirons victorieux.

[A SUIVRE]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Aphykit : Naia Phykit - les combats d'une âme tourmentée   

Revenir en haut Aller en bas
 
Aphykit : Naia Phykit - les combats d'une âme tourmentée
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Aphykit : Naia Phykit - les combats d'une âme tourmentée
» quel etait votre affectation aux postes de combats ?
» Le Catch expliqué au nul
» Photo.
» le grillon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: La Grande Bibliothèque :: Le Mur des Légendes (BG)-
Sauter vers: