AccueilPortailMembresGroupesRechercherCalendrierS'enregistrerConnexion
Video Anniversaire
Recrutement

Que vous Soyez un Voyageur, une jeune Elue en quête d'aventures ou un simple curieux, Soyez le bienvenu dans notre Antre ... .

Fiers bretteurs, forts en gouaille, fervents disciples de Mariel Taun ou encore pyromanciens dont la passion pour les flammes devient inquiétante, nous aimons affûter nos lames, dépoussiérer nos plus puissants grimoires et partir ensemble, relever les plus grands défis de ces terres ...

Si Partage, Plaisir et Courage sont autant de mots que vous portez en étendard... Si l'envie vous prend de vous investir pour le salut de Telara et le respect de nos valeurs... Alors cessez d'hésiter et entrez .... Votre place est certainement parmi les nôtres ...

Tableau de chasse
Derniers sujets
» [TD NM 4/4] Il a mal où??! Il à Mal- à -nnon!
Hier à 22:39 par Moystia

» Candidature de Yansei
Hier à 15:58 par Yansei

» Patchnotes!
Ven 19 Oct - 12:39 par Louvinette

» Soirée Halloween 2018
Ven 19 Oct - 12:29 par Louvinette

» Petites news et changements à venir..
Ven 12 Oct - 8:21 par Moystia

» MARCHOMBRE - Shadeborn
Jeu 4 Oct - 12:45 par Louvinette

» DANSELAME - Bladedancer
Jeu 4 Oct - 12:42 par Louvinette

» ASSASSIN - Assassin
Jeu 4 Oct - 12:39 par Louvinette

» SABOTEUR - Saboteur
Jeu 4 Oct - 12:24 par Louvinette

» RÔDEUR - Ranger
Jeu 4 Oct - 12:19 par Louvinette

» STRATÉGUERRE - Tactician
Jeu 4 Oct - 11:39 par Louvinette

» TRAQUEUR DES FAILLES - Riftstalker
Jeu 4 Oct - 11:27 par Louvinette

» TIREUR D'ÉLITE - Marksman
Jeu 4 Oct - 11:20 par Louvinette

» MÉDECIN - Physician
Mer 26 Sep - 20:38 par Louvinette

» BARDE - Bard
Mer 26 Sep - 20:28 par Louvinette

Venez découvrir RIFT avec nous
Les posteurs les plus actifs du mois
Louvinette
 
Moystia
 
Yansei
 
Elodril
 
Navia
 

Partagez | 
 

 Borgiaz, l'élu des cauchemars

Aller en bas 
AuteurMessage
Borgiaz
Sergent-Chef
avatar

Messages : 61
Remerciements : 3
Humeur : Réfléchie

Feuille de personnage
Ethnie: Autre
Alignement: Neutre Strict (Indécis)
Vocation: Guerrier(re)

MessageSujet: Borgiaz, l'élu des cauchemars   Sam 20 Aoû - 13:03

Chronique Cauchemardesque, Tome 1
Chapitre 1 : Bienvenue dans l’After-Earth


    Une centaine d’année après la déchirure du voile. Avant l’apparition des élus des veilleurs et la réincarnation Renégate. Les plans surpassaient de loin la puissance des Telariens non élus. Toutefois, si la division Renégat-Gardien n’avait eu lieu alors les Telariens auraient pu repousser ensemble les envahisseurs et faire régner la paix et l’harmonie sur Telara. Mais malgré tout, les factions sont nées et elles ont causé leurs pertes. Les premiers à être tombé étaient les Gardiens car les assauts Renégats avaient épuisé leurs plus puissantes lignes de défense. Les veilleurs avaient de moins en moins d’énergie dû à la perte des pieux gardiens et ne purent les aidés à vaincre les assaillants. Les plans ont très vite pu capturer les deux capitales des factions et toute résistance fut écrasée promptement. Le seul réellement profitant des morts dans tous les camps fut Regulos qui voyait son armée de morts-vivant grossir de bataille en bataille. Mais quand les indigènes furent exterminés alors les plans commençaient à se retourner les uns contre les autres. Les éternelles n’avaient de soucis à se faire car chaque mort de n’importe quel camp revenait à en faire une recrue et ils auraient pu écraser tous les autres plans uniquement par l’usure des adversaires et les assauts constants des morts-vivant. Ils auraient pu mais un plan leur résister, le plan de l’air qui par son avancée de plusieurs siècles en technologie a pu garder le contrôle des îles lycinis.

    Après avoir repoussé Regulos hors de Brunante, Crucia pu prendre possession de la clef du nexus et pouvait donc ouvrir la porte de l’infini afin de faire déferler ses troupes mécanisés sur Mathosia, le territoire de Regulos. Quand les premiers contacts se firent ouïr, Regulos fit apparaître sa petite merveille. Wrongheaven. Il était son élu après la mort de Kaïn le Pitoyable et sa défaite contre les Gardiens pour laisser place à Wrongheaven l’Impitoyable. C’était une sorte de nécrosculpteur gigantesque (La taille de Volan) avec une maitrise de la mort surpassant presque celle de Regulos le Destructeur. Aucune des troupes de Crucia ne purent venir à bout de Wrongheaven et elle-même avait du mal avec lui.
Crucia réfléchissait à un nouveau plan d’attaque contre la mort lorsque Zaviel entra dans son bureau.

-Maîtresse Crucia, l’élu de Regulos a ravagé nos rangs une nouvelle fois. Devons-nous poursuivre la conquête ou nous replier afin de reconsolider nos troupes ?

-Regulos a pu créer un monstre si puissant qu’il a pu résister à plus du ¾ de mon effectifs d’élites et détruit l’intégralité de mes Mechas stationnés en terre ennemies. La retraite est plus qu’envisageable mais je ne recule devant personne.

- Avez-vous un plan pour nous faire reprendre l’avantage sur cette quantité astronomique de troupes ennemies ? Maîtresse, il faudrait un coup de génie militaire pour pouvoir renverser la situation car la défaite semble inéluctable.

- Dans un mois jour pour jour, je serais en mesure de vaincre ce Wrongheaven. En attendant fortifier les camps sur les terres mortes et envoyer des renforts même paysans car vous en aurez besoin pour survivre.


Zaviel sorti du bureau afin d’aller communiquer les ordres de Crucia aux troupes de conquête et un petit mois Zaviel revint dans le bureau de la Reine Tempête afin de faire un rapport et demander les ordres. Les campements de la Légion Tempête dans le plan de la mort avait été fortifié cependant ils ne purent résister aux attaques de l’élu. S’il était seul alors aucune chance qu’il rase autant de campement en si peu de temps. Mais malgré tout la mort des autres élus des Dragons les avaient convertis et ils se retrouvèrent à se servir Regulos et ainsi faire office de garde du corps de l’élu. L’escouade de Wrongheaven l’Impitoyable soutenu par Piedrastone le rempart, Waterner le typhon, Leveneet le gourmand, Vuurdraken l’infernal était l’armée la plus puissante qui existait avant la finalisation du plan de la Reine Tempête. Ils nettoyaient le plan mort et il ne leur restait plus qu’un simple camp où tout le reste des troupes cantonnées au plan s’y était réfugiées.

-  Maitresse ! Que devons-nous faire ?! Nous ne pourrons les arrêter s’ils atteignent le camp et la guerre sera perdue.

- Zaviel, calme toi voyons. Prépare les donc à se battre et ne t’en fais pas il y aura très peu de victime dans mon camp.


Zaviel sortit non rassurée mais suivit les ordres aveuglement comme à son habitude. Quand Zaviel fut sorti, Crucia chuchota.

- Maintenant Wrongheaven, vient donc te battre !!! Mon élu t’attend.

    Les élus marchaient en direction du campement quand une faille s’ouvrit sur eux et laissa apparaitre Crucia en forme draconienne et son élu Aquiladelcielo face aux 5 élus.

- Crucia ?! Vous osez vous présenter à nous avec uniquement un seul garde du corps ? Je suis outré d’une telle négligence. Gronda le nécrosculpteur.

- Ne sous-estimer pas la puissance de mon élu.

Wrongheaven ricana puis l’élu de ma tempête bondit sur lui en lui arrachant un œil. Les autres élus, voyant le nécrosculpteur se faire attaquer, dégainèrent leurs armes et se jetèrent sur Aquiladelcielo qui se battait seul contre 4. Quant à Wrongheaven, il se faisait provoquer par Crucia et fit duel contre elle.

- Pauvre fou, tu n’es pas de taille face à ma nouvelle armure, élu du plan des faibles !

Wrongheaven fut pris d’une colère qui le poussa à bondir sur Crucia pour débuter le duel. Le combat fut long et intense mais l’Air a faiblement surpassé les autres plans. Crucia avait vaincu Wrongheaven mais était fortement amochée pour ne pas dire à l’agonie tandis qu’Aquiladelcielo gravement blessé a réussi à repousser les élus. En pleine agonie Crucia chuchota.

- élu, ramène-moi au bastion. Les ingénieurs s’occuperont de moi. Toi, va conquérir !

La faille se referma en emportant les deux victorieux mais Crucia fit un coma pendant son voyage et fit son premier cauchemar. Elle rêva d’élu plus puissant qu’elle. Au même moment, j’ouvris les yeux.


Dernière édition par Borgiaz le Ven 2 Mar - 8:38, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Borgiaz
Sergent-Chef
avatar

Messages : 61
Remerciements : 3
Humeur : Réfléchie

Feuille de personnage
Ethnie: Autre
Alignement: Neutre Strict (Indécis)
Vocation: Guerrier(re)

MessageSujet: Re: Borgiaz, l'élu des cauchemars   Sam 20 Aoû - 18:06

Chapitre 2 : Elu des Cauchemars


Je me trouvais dans une sorte d’incubateur lorsque les cosmologues vinrent me tirer de ce cylindre.

- Le nouveau cauchemar est arrivé, appelez Mann ! criait un cosmologue

Il arrivait avec un carnet à la main puis me questionna.

- Alors créature, quel est votre nom ?

Perdu, j’analysais la salle qui m’était inconnu puis sans reprendre mes esprits je répondais aux questions de l’homme sans comprendre les réponses que je lui offrais.

- Je repose ma question, quel est votre nom ?

- L’on me surnomme Borgiaz. Borgiaz, el Pesadillo. Le parasite de toutes entités vivantes ou mortes. Mon âge ? Je ne suis mortel, je vivrais tant que les êtres vivants me nourriront de leurs cauchemars.

- Merci. Il ne me reste plus qu’a noté vos caractéristiques physiques puis vous pourrez terminer votre examen d’entrée.
Me dit-il.

- Messieurs, gardé un œil sur ce spécimen. Il a répondu à toutes les questions d’entrée sans que je n’ai eu à les poser, je crains bien qu’il soit un peu trop avancée voir même rater. Dit-il aux autres cosmologues quand je fus parti.

Après analyse de mes compétences physiques, mes compétences de combat étaient misérables au début mais s’améliorait au fil du combat, l’âme d’un saccageur avait prise possession de moi et la peste s’abattait sur chacun de mes adversaires dans la salle d’entrainement.

- Cette créature est une erreur des plus fascinantes, je pense que je vais la garder pour mes travaux personnels. Mon ami, veuillez me suivre s’il vous plaît. Nous allons réviser l’histoire Telarienne.  

Le cosmologue me conduisait dans son laboratoire pour que je puisse étudier avec lui les vieux grimoires qui avaient été volé dans à l’athénée runique des nains. Cette histoire n’était en rien identique à celle de la vraie histoire de Telara. Une phrase que j’avais lue me revenait en boucle dans ma tête après avoir étudié un mois. « Sans vie pour dormir, les cauchemars s’évanouissent ». Cette phrase m’intriguait mais à chaque fois que je demandais une explication, l’on me disait de ne pas y penser et d’éviter d’être trop curieux.

Un jour les recruteurs débarquèrent dans le laboratoire et sur ordre du Seigneur Arak, me prirent pour aller servir l’armée des cauchemars.

- Cosmologue Mann, sur ordre du Seigneur Arak. Nous avons obligation de recruter Borgiaz El Pesadillo pour se battre au nom de Le Martrodraum notre Dieu. Nous avons pu mettre la main sur les vieux archives qui répertoriait les compétences en combat de ce cauchemar et nous avons conclu qu’il était le plus puissant cauchemar qui existe après notre Dieu et l’Yrlwalach. Son potentiel de nous apporter la victoire totale est de 95%.

Mann ne rechigna pas car il savait que cela arriverait un jour même si il aurait préféré m’étudier plus longtemps. Pendant ma semaine d’entrainement la phrase résonnait dans ma tête sans que je ne puisse la laisser s’évader. Elle hantait mes nuits de repos et j’en rêvais mes journées d’entrainement. Lors de ma première sortie, je me trouvais dans un petit groupe d’invasion pour prendre le contrôle du plan de l’Eau contesté par les deux autres factions encore existante. L’air et la mort s’entretuaient depuis une décennie, ce qui les avait grandement affaiblies et nous offrait une chance inouïe pour les expulser de l’océan. Avec ma division, nous nous attaquions à Goboro pendant que l’élite se chargeait de nettoyer le Glacier. La partie Est et Sud étaient fortifiés par la légion Tempête tandis que les éternels étaient retranchés à la forteresse de Gyel. En moins d’un jour, tous avaient succombé sur les assauts cauchemardesques incessants et nous avaient laissé le contrôle total du plan de l’Eau. Ce jour, nommé « Le Typhon », laissait place à la période de l’apogée cauchemardesque « Le Nightmare tijd ». Mais trêve d’histoire.

- Pesadillo, vient ici.Le Martrodraum veut te voir.  Me demanda un garde draconique cauchemardesque
- Je m’y dirige de ce pas.


Quelques cinq bonnes minutes plus tard. Je mis a prié devant l’autel permettant d’appeler Le Martrodraum.

- Pesadillo ! Suite à tes récents exploits de combat, tes compétences de commandement ainsi que ta victoire écrasante sur la forteresse de Gyel. Je t’accorde dorénavant le grade de Centurion cauchemardesque qui te donne le droit de commander des soldats d’élites ainsi qu’un peu de ma puissance afin de déverrouiller tes capacités cauchemardesques.

- C’est un honneur pour moi de me battre afin de faire régner le cauchemar. Je guiderai les troupes vers la victoire puis vers sommeil éternel.

- Maintenant prend cette lame et va propager le sommeil éternel.

- Puissiez-vous vivre mille ans mon Dieu.


Je me réveillais fièrement de mon entrevus avec Le Martrodraum en ramassant la lame à deux main cauchemardesque. Mon nom et mon titre n’était pas encore aussi redouté que celui de L’Yrlwalach mais ça ne saurait trop tarder. Pendant 2ans je m’entrainais avec mes nouvelles capacités cauchemardesques que mon Dieu m’avait données. Grâce à elle je pouvais voyager dans les rêves d’autrui et m’en nourrir jusqu’à ce qu’il ne reste plus que des cauchemars, ouvrir des failles de cauchemars afin d’augmenter ma propre puissance en champs de bataille, ouvrir de petites failles afin de me servir de portail voyageur, apeuré l’ennemie d’un simple regard ce qui le rend beaucoup moins performant en combat. Et le plus puissant de tous, d’un regard de l’œil gauche un signe dans mon œil hypnotisant celui qui le regarde qui l’oblige à accomplir un ordre que je lui ordonne cependant après avoir accompli celui-ci, ma victime se suicide.

Vint l’année de ma promotion de Centurion en Connétable. Le grade militaire le plus élevé. J’avais comme mission de vaincre Regulos. 5 ans à me battre contre lui et ses serviteurs. Mes troupes d’élite étaient implacable toutefois leurs efficacités se dégradaient au fil des combats. Comment était-ce possible ? Nous avions 2 combats difficiles à mener, un contre Regulos et un autre contre son élu. Nous venions d’entrer dans le plan de la mort que l’entièreté des morts vivants nous avaient sauté dessus. Forte heureusement leur moral est si bas qu’ils furent pris de peur rapidement ce qui boostait mes troupes et permis de les exterminer rapidement. Puis le premier problème est arrivé, Wrongheaven et son équipe étaient arrivés. Ils écrasèrent mon armée avec une seule perte dans leur rang, Leveneet l’élu de la vie. J’étais une tache bien plus difficile que les autres par contre. Wrongheaven m’envoyait ses gardes pour me tester mais il vit bien qu’ils n’étaient pas de taille, je les vainquis sans grande difficulté en me boostant de leur peur. Wrongheaven furieux de me voir vaincre me chargea dessus. J’esquivai de peu à l’aide d’un portail et contre-attaque dans son dos lui faisant une entaille de venin cauchemardesque. Il se retourna en tornade et me donna un violent coup de son immense bâton qui me propulsa à quelques mètres mais j’y retombai sur mes pattes. J’y pris de l’impulsion pour plonger, posa un portail au sol qui me téléporta au-dessus de lui, permettant de tomber en pique sur lui le traversant de haut en bas à l’aide de ma lame. Arriver à terre, il posa un genou et je le regardai pour user de lui avant sa mort.

- Wrongheaven, je t’ordonne de vaincre chaque mort vivant qui se dressera entre moi et Regulos. En regardant l’élu de la mort dans les yeux.

Les yeux du nécrosculpteur s’entourèrent d’un rouge vif et il baissa la tête comme quand un domestique accepte un ordre de son maitre. Nous marchions en direction de la citadelle de Regulos où s’était retranché les dernières forces mort-vivantes. Arriver devant la forteresse, Wrongheaven détruisit la porte et réduisit en poussière tout mort vivant entrant dans son champ de vision. Nous arrivions, après une demi-heure de carnage par l’élu de la mort, devant Regulos.

- Wrongheaven, que t-a-il fait ? Toi qui portais fièrement l’étendard de la mort. . . Pourquoi nous as-tu trahis? Que lui as-tu fait Pesadillo ! Je vais te régler ton compte !

Il retira le reste d’âme de Wrongheaven qui s’écroula par terre sans vie et commença a m’attaqué. Il frappa d’un coup de poing à terre pour détruire la sortie puis tenta de me harceler des coups que j’esquivais sans la moindre difficulté. Il tentait de temps à autre de faire apparaître des aiguilles de la mort du sol afin de me pourfendre de bas en haut mais je réussi à les esquiver de peu. Un peu plus tard il commença a invoqué un fantôme de Molinar, une sorte de présence sinistre, le hiérarque Kosic  afin de le défendre. Après les avoir vaincu, de temps à autre il invoqua des yeux sur son corps que je me devais de détruire. Après qu’il soit mourant au ¾ il réinvoqua le hiérarque Kosic avec la présence sinistre et Sicaron que je pu abattre rapidement. Regulos après ce combat acharné ne put tenir debout face à moi et finit enfin non pas par mettre genou à terre mais bien de se vider de son énergie et perdre la vie.

Juste après la victoire contre Regulos, Le Martrodraum me confia une autre missive qui consistait à abattre Dame Crucia une bonne fois pour toute.

-Cauchemars, armez-vous et préparez-vous à assiéger le Bastion de la Tempête de Glace, l’ultime adversaire à notre victoire ! Après avoir tombé les défenses de Crucia hors de l’enceinte du Bastion, nous nous retrouvons enfin aux portes de celui-ci. Ses troupes ne cessent de nous nourrir de leurs rêves que nous engloutissons. Nous sommes puissants mais l’avant-garde de Crucia l’est tout autant. Mais sous mon commandement, tous trépasseront !

Hurlais-je pour motiver ma nouvelle armée avant l’assaut

-Gloire aux Cauchemars !!! hurlaient les soldats d’invasions.
Nous avions repoussé l’intégralité des gardes draconiques de l’air et siégions depuis quelques jours devant le Bastion de la Tempête en attendant les renforts cauchemardesques. Nous étions sur le point de lancer l’assaut contre le bastion et rien n’aurait pu nous empêcher de pénétrer cette forteresse. Rien, excepté des archanges qui avaient raid notre campement de siège. Une faille blanche apparut en plein milieu du camp laissant sortir une armée d’ange venant exterminer les cauchemars. Nous tentions de nous défendre sans relâche mais nous ne pouvions rien faire, ils nous anéantissaient. Le sang coulait à flot et je restais bientôt le dernier guerrier debout face à la dizaine d’humanoïde ailés qui a eux seuls, avaient mis mes troupes en déroutent. Je me retrouvais entourer de ses anges, coller contre ma tente sans avoir la force de pouvoir les abattre.

-Jamais je ne me rendrais ! Plutôt mourir dignement que de vivre dans la honte !

-Sir Borgiaz, nous vous observons depuis votre « naissance ». Et vous êtes un sujet presque apte à la protection de Telara malgré votre soif de pouvoir. Voici un ouvrage qui devrait fort vous intéressez car il raconte ce que Le Martrodraum vous cache.


Il jeta un livre à mes pieds et avant que je ne puisse tenter une dernière charge, ils me lâchèrent tous un

-Vous savez quoi faire pour défendre la Nouvelle Telara. Et disparurent.

Ma lame coupa le vent et se planta au sol quand je me réveillai sur ma couchette dans ma tente, avec toutes mes troupes dehors et ce livre dans ma main. Que venait-il de m’arriver ?


Dernière édition par Borgiaz le Mar 20 Fév - 13:12, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Borgiaz
Sergent-Chef
avatar

Messages : 61
Remerciements : 3
Humeur : Réfléchie

Feuille de personnage
Ethnie: Autre
Alignement: Neutre Strict (Indécis)
Vocation: Guerrier(re)

MessageSujet: Re: Borgiaz, l'élu des cauchemars   Ven 21 Oct - 21:38


Chapitre 3 : Un dormeur pour un cauchemar








Les cauchemars sont vivants. Ils naissent, respirent, grandissent, mangent et ils meurent. Un cauchemar n'est pas invincible ni impuissant, encore moins surpuissant. Il est un parasite car il a besoin de quelqu'un qui dort pour le nourrir de ses rêves. Cependant cette personne ne peut dormir éternellement et finit par mourir de cauchemars trop agressif. Le Martrodraum, le plus grand de tous les cauchemars, a sa propre réserve de dormeurs mais cette réserve s'épuise de jour en jour. Il est donc forcé de capturer des vivants sur les territoires qu'il conquiert pour se nourrir. Ce plan n'est donc pas destiné a perpétué dans le temps, c'est pourquoi le Martrodraum a envoyé tout ses cauchemars en conquête pour capturer les civils et en faire des dormeurs pour le nourir un maximum. Le général cauchemardesque le plus puissant, Seigneur Arak, a mené des sièges violents contre la baie de la Tempête, le Palais Margle, le territoire de Mathosia et la forteresse de Glasmarteau. Aucun ne pouvait se dire plus puissant qu'Arak excepté Le Martrodraum. Cependant, chaque vétéran est suivit d'une génération plus performante. Aujourd'hui est venu l'heure du nouveau Alexandre le Grand


Je m'interrompais de lire le livre un instant pour tenter de savoir qui était ce fameux Alexandre mais ma mémoire ne m'y rappela pas. Si j'étais à la citadelle, j'aurais pu rechercher dans les archives mais le siège du Bastion de Glace m'en empêchait. Je repris ma lecture mais ce que j'y lis me fis aller voir le jour et le lieu d'écriture de se livre.

Le nouveau et dernier cauchemar, Borgiaz El Pessadilo.

Je vis à l'arrière du livre qu'il y était inscrit toutes les informations utiles pour trouver se prophète mais rien ne m'était familié. l'auteur se surnommait Hôte, il avait écrit ça en Belgique en 2016 PCN. Où est-ce? Quand est-ce? Qu'est-ce que PCN?

A cette instant, un garde entra dans ma tente pour dire que les renforts étaient arrivés et que l'heure de l'assaut avait sonné. Je me mis en selle et brandit ma lame à l'attention des troupes.

-Soldat ! Vous êtes l'élites du plan et l'ultime objectif d'un soldat se trouve derrière ces murs. Faites rêgner le cauchemar éternel en abattant tout ceux qui ne sont du même plan que notre Akvan. Soldats ! Levez-vous ! Armez-vous ! Lancez-vous à l'assaut de Dame Crucia et libéré Telara de l'éveil ! *Un cri de rage se fit entendre*
-Cauchemars ! En selle !

La cavalerie allait se positionner sur les collines et les engins de siège face à la porte. Je levai le bras pour ordonner l'armement des onagres.


Dernière édition par Borgiaz le Ven 21 Oct - 21:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Borgiaz
Sergent-Chef
avatar

Messages : 61
Remerciements : 3
Humeur : Réfléchie

Feuille de personnage
Ethnie: Autre
Alignement: Neutre Strict (Indécis)
Vocation: Guerrier(re)

MessageSujet: Re: Borgiaz, l'élu des cauchemars   Ven 21 Oct - 21:48


Chapitre 4 : Rendez-vous avec Regulos









-Feu !!!

Hurlait-je en baissant la main pour ordonner aux onagres de tirer sur la porte. Toutefois, les mages tempétueux invoquaient des bourrasques dans le but de dévier les projectiles et envoyèrent les griffons pour tenter de saboter les armes de siège. Nos archers et magiciens tirèrent contre les créatures ailées et les meilleurs d'entre eux était chargés d'abattre les mages tempétueux sur les remparts. Malgré tout l'effectif chargés de la protection des machines de guerre, les griffons réussirent à en détruire la grande majorité non sans perte. Néanmoins, ils ont pu détruire la porte et nous laissé le champs libre pour charger. J'étais sur le point de lancer la charge quand je vis des méchas sortir de l'enceinte et servir de seconde muraille.

Voilà 10 minutes que les 2 armées restaient de marbre lorsque mon bras droit Tegoto vient me demander

-Quels sont les ordres mon connétable?

-On suit le plan et on occupe la légion Tempête

-Mais quel est le plan justement?


Je laissais un léger silence et me résigna a répondre

-Mon second, le maréchal Izkinra a été envoyé éteindre l'orbe solaire de Tuldio qui nous empêche de profiter pleinement de notre puissance onirique.

-Bien mon connétable, nous attendons vos ordres

-Réarmer les onagres restant et harceler les méchas qui bloquent notre avancé.

Tegoto fit signe d'armer les armes de siège. Il ne me restait qu'a baissé la main pour envoyer une volée de projectiles enflammés mais au moment où ils me virent lever la main, ils rompèrent leurs positions défensives pour aller charger sur les engins de siège. Face à cette action, 2 manoeuvres se présentait à moi : soit je pouvais ordonner l'attaque frontal et garder mes engins de siège engendrant une énorme perte d'unitée, soit je pouvais faire une manoeuvre d'esquive et laisser les mechas détruire les onagres mais nous pourrions pénétrer le bastion sans perte d'unitée.

Les machines de guerre étaient pilotées par des mécaniciens qui connaissaient très bien leurs armures, j'ordonnai aux archers et arbalétriers de  tirer sur les pilotes mais très peu en touchèrent. Toutefois, certaines structures restèrent immobiles après la mort de leur pilote. Je cabrais mon destrier et lançais sur une course folle pour contourner les structures qui chargeaient. Mon armée me suivait et a quelques mêtres de la portes, j'ordonnai aux troupes de continuer la charge pendant que je m'armais. Disciplinés comme ils sont, ils obéirent sans réfléchir ni posèrent de question. le contact entre les cavaliers cauchemardesques et les hallebardiers de la légion furent dévastateur dans les deux camps.
Pendant que les robots détruisaient les onagres et que les cavaliers des cauchemars poussèrent la légion de plus en plus loin, je galopais vers un technogolem et sauta dedans dans le but de faire un retournement de lame.

-Izkinra qu'attend-tu?

Mes troupes avaient dégagé la porte et me laissaient un bel espace pour faire entrer ce tank. En entrant dans le bastion, je décidai d'appuyer sur tout les boutons qui se présentaient devant moi, peut-être qu'un d'eux servaient a lancé une attaque. Quelques mille et un présages de boutons plus tard, j'arrive enfin a trouvé les canons. Je martelle le bouton en tirant sur la légion et je remarque alors la réel puissance de la légion Tempête, elle avait un niveau technologique si élever par rapport à nous. Des canons se trouvaient sur les toits et bombardaient mes unités mais malgré les armes de la structure, je ne pus détruire les canons qui annihilaient mes troupes. Il fallait très vite se mettre à l'abri dans le bastion de la cité pour sortir du feu des canons, alors les troupes prisent de rage enfoncèrent tout ceux qui se présentaient devant eux et tentaient d'atteindre le bastion.

La bataille tournaient en notre défaveur, notre défaite était quasi certaine et elle se transformait en défaite certaine quand je vis tous les canons braquer sur moi et Crucia venir brûler les troupes. 2 nouvelles manoeuvres se présentaient à moi : soit je tirai sur Crucia et laissais le temps à mes troupes de pénétrer dans le Bastion mais alors je perdrai la vie avec la rafale des canons, soit je sortirai du golem et resterai en vie mais Crucia les ocierait.

Je concentrais toute la puissance dans les canons et pu blessé gravement Crucia qui l'empêchit de canaliser sa magie et l'empêchit de continuer de se balader dans les airs pour le reste du combat. Je laissais le temps à mes troupes de se réfugier et ne plus être sous le feu des canons. Je savais que j'étais un sacrifice nécessaire pour arriver au fin du Martrodraum. Je vis les boulets se diriger sur moi à toute vitesse et je vis mes troupes pénétrer dans la suite du chateau voyant Tegoto me saluer pour la dernière fois avant de se réplier dans le bastion.

-Izkinra, notre sort dépend de toi.

( To be continued Smile )
Revenir en haut Aller en bas
Borgiaz
Sergent-Chef
avatar

Messages : 61
Remerciements : 3
Humeur : Réfléchie

Feuille de personnage
Ethnie: Autre
Alignement: Neutre Strict (Indécis)
Vocation: Guerrier(re)

MessageSujet: Re: Borgiaz, l'élu des cauchemars   Dim 18 Fév - 15:12

Chapitre 5 : La bourrasque sanglante


Des bruits assourdissant se firent retentir dans le bastion pendant que je gisais sur le sol tel un homme qui venait de s’offrir pour ses hommes. Je ne ressentais plus rien... Ni douleur après le choc des canons, ni haine envers Crucia qui venait de m'humiliée, ni tristesse pour mes troupes tombés au combat, ni joie d'avoir pu sauver mes hommes. Même si l'énergie ne me manquait, une pause sur le sol me faisait le plus grand bien mais, promptement, je fus rappelé à la réalité en entendant l'agonie de mes soldats dans le bastion. Je me relevai en vitesse et tenta de prendre mon arme mais celle-ci m'échappait des mains comme si elle n'était qu'illusion... Inquiet, je regardais autour de moi sans savoir ce que je cherchais et en lançant un regard sous mes pieds, je me vis. Je me vis mort suite aux bombardements des défenses de la cité. J’étais là par terre, mort au combat mais non vainement. Grâce à moi, mes troupes ont pu continuer leurs avancées. Je décidai donc de pénétrer le bastion afin de voir mes troupes détruire le reste de la piteuse armée de Crucia. Quel fut ma surprise de voir mes soldats épuisés et affamés se faisant écraser sans la moindre difficulté. Je repensai alors à ce livre que les Anges m'eurent apporté. Les Dormeurs disparaissant dans le monde et les ennemies n'étaient nullement effrayés. Quand je pense que le Martrodraum avait des centaines de Dormeurs et qu'il ne nous en offrait aucun pour exterminer Crucia. Par sa faute, Crucia vaincra! Mes forces s'effondrèrent par la faute de notre cupide Suzerain et j'étais bloqué dans ce monde sans pouvoir leur venir en aide.

-Si un second souffle m'était accordé alors il ne serait gâché comme toutes ces années au service d'un traitre avare
.
Grognais-je

Une voix céleste se fit ouïr derrière moi

-Il a vraiment du potentiel ce guerrier mais il ne connait rien encore des vertus qui honorent un chevalier.
Je me retourne et vit encore un de ces anges derrière moi en train de regarder fixement devant lui

-Qui es-tu vagabond? De qui parles-tu?!


L'ange continue de regarder devant lui comme si il était figé

-Galanterie, courtoisie, respect, savoir, tout doit lui être enseigné excepté l'art  de combattre. Êtes-vous certain de votre coup Thedeor?

-Mais à qui parles-tu vermine!

Il tourna brusquement la tête vers moi et me dit

-Honore tes paroles et ne gâche pas ton second souffle.

-Qui?


Avant même d'avoir fini de parler, je rouvris les yeux et repris mes esprits avant de remarquer qu'une seconde chance m'avait été offerte. Je regardais autour de moi afin de trouver l'ange mais en vain. Pendant cette recherche, je fus rappelé à l'ordre quand le bruit de la bataille, qui faisait rage dans le bastion, se fit entendre. Sans réfléchir une seconde de plus, je ramassai mon arme et accourrai dans le bastion pour secourir mes troupes mais il était déjà trop tard. Tous gisaient au sol en gage de ma défaite. Je posai genoux à terre comme un effondré... Vaincu... Un faible alors que le général ennemie vint me parler.

-Alors El Pessadilo. Où est donc passée toute cette puissance dont nous avons ouïe parler? Ton Dieu t'a abandonné alors maintenant qui viendra a ton aide?


Au moment où ces paroles furent prononcées, une lame transperça le général. L'ange réapparu derrière lui et disparu quand la carcasse s'écroula au sol. La Légion se mit à charger tandis que je voyais mon armure luire plus intensément d'une lumière verte cauchemardesque. Je me relève lentement en ramassant ma lame avec un élan de puissance qui m'empêchait de reposer un genou à terre. La légion vint s'écraser sous les coups frénétiques de ma lame. J'étais comme un automate et frappais sans réfléchir. Je ne faisais plus qu'un avec ma lame et pourfendais chaque ennemis qui se présentaient face à moi aussi fluidement qu'une valse. Leur morale s'effondrait en voyant leurs effectifs se réduire de plus en plus rapidement. Les hommes au corps à corps lâchèrent peu à peu leurs armes et puis vint le moment des armes à distance qui n'arrivèrent pas à m'atteindre de leurs flèches. Tous abandonnèrent leurs armes et fuirent tels les couards qu'ils étaient. Je les laissais fuir comme-ci je m'interdisais de tuer ces civils. Cette attitude était loin d’être naturelle chez moi... J'étais un homme craint et sans pitié. Maintenant, tous avaient déserté le champ de bataille et me laissaient champs libre pour arriver à Crucia tranquillement. Que faisait-elle pendant que je neutralisais ses dernières troupes ? Ça ne lui ressemble pas de fuir. J’avançais lentement dans le bastion, pleurant la mort de mes compagnons allongés au sol, jusqu’à arriver à son sommet où j’entendis Crucia m’interpeler.

- Voici donc celui qui a écrasé l’intégralité de mes dernières forces ? Un guerrier des plus exemplaires qui mériterait mieux que de risquer sa vie à chaque bataille pendant que son seigneur se nourrit des plats les plus exquis


Je me retourne lentement pour regarder Crucia droit dans les yeux

- Il n’est plus mon Suzerain, je suis un mercenaire dorénavant.

- Ah ! Et a qui es-tu à la solde?


Mes yeux devinrent blancs et quelque chose d’insensé pour moi sortait de ma bouche

-Salutation Crucia, je me présente, ici l’on m’appelle Hôte. Je suis un messager des Veilleurs. Vous n’avez sans doute plus entendu ce nom depuis des décennies, n’est-ce pas ? N’imaginer même pas vaincre mon élu aussi facilement.

Étonnez et légèrement effrayer par les souvenirs qu’évoquent ses Veilleurs, celle-ci répond.

-Vous vous battez contre la mauvaise personne. La liberté ne peut être atteinte avec ces parasites de cauchemars. Ils ont besoin de capturer les civils et leurs siphonner leurs rêves jusqu’à leurs morts. Le plan de l’air n’a nullement besoin de tant de victimes innocentes. Rejoins-nous et bat toi pour une vie durable et une Telara de paix.

Je dégaine ma lame et ma voix redevient normale

- Cette Telara est à l’agonie, elle ne peut plus être sauvée. De plus tu es la plus grande mystificatrice que je connaisse.  Même si tu avais toute la puissance pour faire le bien, jamais tu ne le ferais !

- Et tu penses être meilleur que moi ? Du haut de ton orgueil ! Alors Borgiaz?

La rage s’empare de moi, en dégainant mon espadon et m’apprête à me lancer sur Crucia alors que le mur derrière moi se brise pour laisser entrer Aquiladelcielo. De ses serres, il me projette contre le mur à l’autre bout de la salle qui m’étourdi légèrement. Je me relève péniblement après 5 sec a tenté de récupérer mes esprits. Pendant ce temps, l’aigle des cieux prit son envol et plongea en piqué sur moi avant que je ne sois complètement relevé. Il fendit chacune de mes parties d’armure et me lacérait de ses griffes en m’injuriant de tous les noms racontent

- Alors le bleu, tu n’es pas si cauchemardesque que les rumeurs veulent bien le raconter. Tu es faible comme ton Suzerain et tu viens de décrocher ta première défaite, Félicitation. Je suis honoré d’être celui qui a su te vaincre et davantage d’être celui qui te retirera ta vie.


Aquiladelcielo m’enferma dans ses serres et prit son envol. N’ayant plus d’énergie pour tenir mes armes, celles-ci restaient par terre. Je me débattais malgré mon épuisement en pensant à la défaite cuisante que je venais d’essuyer. Pourquoi mon Seigneur ne venait pas m’aider me demandais-je désespérer ? Je suis pourtant son arme la plus puissante.  Dire que si l’orbe avait été désactivé par Izkinra comme prévu, tout ceci n’aurait eu lieu. Soudain, je sentis le ciel se brisé, laissant échapper une aura qui me revigorait.

- Est-ce réel ?

Je prenais 2 secondes pour ressentir ma puissance me parcourir de part en part.  

-Izkinra ! Vous avez réussi !


Du haut de ma puissance, j’arrachai une serre à Aquiladelcielo. Avant d’être en chute libre je m’empressais de téléporter à l’aide d’une mini faille au sol afin de récupérer ma lame. Le rapace hurla de douleur avant de rentrer dans une rage incontrôlable. Voyant Crucia rouge de colère et Aquiladelcielo enragé, mes chances de vaincre étaient négatives. Je décidai donc d’ouvrir une faille à l’orbe solaire en espérant rejoindre Izkinra et son escouade. A une demie seconde près, j’aurais encaissé la charge d’Aquiladelcielo avant que la faille se ferme. Me voilà à l’orbe. Il a été amélioré avec des technologies lycinis. Le surchauffer causerait des dégâts si dévastateurs que le monde pourrait même exploser avec. Mais très vite, je quitte ma posture d’admiration de la structure pour voir l’escouade d’Izkinra qui a été dévasté par la Légion Tempête. Je regarde le massacre avec tristesse en cherchant le chevalier noir cauchemardesque, Izkinra. La monture gît au sol, ensanglanté avec les tripes à l’air. Je vis au loin, Izkinra décapité avec carreaux et lances partout dans le corps.

-Je regrette mon ami.. Je n’ai pu te sauver de ce massacre.. Nous avons partagé tant de victoire ensemble mais toujours nous nous sommes protégés.. Izkinra repose en paix.. Je trouverai un moyen de te ramener à la vie.

A peine ais-je pu faire le deuil de mon ami que Crucia et son bébé arrivaient à l’orbe. Je posai doucement Izkinra à terre et me mit en garde pour le dernier combat car plus question de fuir.

-Crucia ! Plus question de battre en retraite ! Aujourd’hui l’un de nous deux périra !
Revenir en haut Aller en bas
Borgiaz
Sergent-Chef
avatar

Messages : 61
Remerciements : 3
Humeur : Réfléchie

Feuille de personnage
Ethnie: Autre
Alignement: Neutre Strict (Indécis)
Vocation: Guerrier(re)

MessageSujet: Re: Borgiaz, l'élu des cauchemars   Mar 20 Fév - 14:08

Chapitre 6 : Rédemption

Aquiladelcielo fondit sur moi à une vitesse inouïe que je pus esquiver que de justesse. Je pris le temps de l’esquive pour ouvrir une grande faille de cauchemars. Celle-ci me permettant de récupérer mon énergie le plus rapidement possible et de faire appel à quelques troupes en renfort. Les cauchemars fondaient sur Crucia qui n'éprouvait aucune difficulté à les vaincre et ne perdait rien excepté du temps. J’utilisais ce temps précieux pour mettre à mal le griffon. Le combat fut d'abord terrestre avec le griffon puis celui senti que si il voulait vaincre, il devait changer de terrain et donc prendre son envol. Avant que celui-ci soit trop haut dans ciel, je pris en quatrième vitesse, un arc sur l'un des gardes d'Izkinra et tente de le clouer au sol. Premier essai; loupé. Second; loupé...

- Aller, si je ne la colle pas celle-ci, il sera trop loin et il aura gagner.


La flèche décolla à la fin de la dernière syllabe de la dernière phrase. Elle glissait dans le vent, s'agitait dans tous les sens. Le griffon s'éloignait de plus en plus, ma flèche perdait de la vitesse et puissance à chaque dixième de seconde écoulée. Puis soudain, jackpot! La flèche alla se planter toute droite dans son aile. Il vint s'écraser lourdement au sol. Je lui hurlais

- Hors de question que tu fuis moineau! Aujourd'hui c'est tout ou rien!


De douleur, il se jeta sur moi et la combat s'intensifiait. L'élu de Crucia s'épuisait rapidement au long du combat à cause de sa blessure et de la longueur du combat. Je n'en menais pas large non plus malgré ce que je montrais. De rage, il put me m’assener de violent coups de griffes et m’ouvrir à mainte reprises la peau qui me faisaient hurler de douleur malgré l’adrénaline qui m’apaisait doucement de souffrir. Sur le point de rendre son dernier souffle d’épuisement, Aquiladelcielo tenta le tout pour le tout en se jetant sur moi dans la plus grande frénésie. Ce geste, ne fut pas vain, je gisais au sol épuisé et impuissant en attendant les soins que me prodiguait la connexion avec le plan des cauchemars. Crucia ayant vaincu tous les rejetons qui sortaient de la faille, celle-ci, se ferma m’abandonnant à mon agonie.

- Tu es loin d’être faible soldat, tu as vaincu mon élu qui avait surpassé tous ceux des autres plans à lui seul. Tu m’impressionnes. Ensemble nous pourrions dominer ce monde dans la plus grande tyrannie et te venger de l’abandon que tu viens de subir des veilleurs et de ton ancien maître.


Crucia me tendit la main, espérant que je cessais de me battre contre elle car elle savait que j’avais de la valeur sur le terrain. Même pire, je le voyais dans son regard. Elle revivait le cauchemar qu’elle avait fait le moment où j’ai vu le jour.

- Tu me crains, tu le sais, je vais vaincre. J’utilisais mes dernières ressources pour ouvrir une petite faille de téléportation pour y planter ma lame dans son cœur. Je vais te tuer...

Je finis par m’évanouir pendant que ma lame cauchemardesque corrompait le cœur de Crucia. Elle hurlait à la mort, sentant sa vitalité l’a quittée lentement. Elle réactiva l’orbe et hurla

- Telara est à moi seule !!!

Elle surchauffa l’orbe de son souffle puissant. Utilisant toute la puissance qu’elle a. Elle fît rentrer l’artefact en fusion et déclencha ce qu’elle cherchait. L’orbe explosa d’une puissance si dévastatrice que toute cette Telara fut rasée.

Ce livre aurait pu être le dernier tome si les Veilleurs ne vinrent pas chercher Borgiaz pour le ramener en Telara, lui faisant oublier tout ce qu’il avait vécu en faisant passer son expérience pour un rêve. Ils me déposèrent à l’époque qui est la nôtre. Les dragons doivent tomber le plus promptement possible afin que Telara puisse survivre et peut-être un jour vivre en paix. J’étais sur l’autel du débarcadère divin quand le Mathosien qui me servait de corps se réveilla

FIN
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Borgiaz, l'élu des cauchemars   

Revenir en haut Aller en bas
 
Borgiaz, l'élu des cauchemars
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» cauchemars ou angoisse nocturne?
» Les cauchemars : à partir de quel âge ?
» une tisane pour le calmer ?
» Les cauchemars de mon accouchement
» Mauvais cauchemars et dérives sentimentales {feat. Alec Hudson}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: La Grande Bibliothèque :: Le Mur des Légendes (BG)-
Sauter vers: