AccueilPortailMembresGroupesRechercherCalendrierS'enregistrerConnexion
Video Anniversaire
Recrutement

Que vous Soyez un Voyageur, une jeune Elue en quête d'aventures ou un simple curieux, Soyez le bienvenu dans notre Antre ... .

Fiers bretteurs, forts en gouaille, fervents disciples de Mariel Taun ou encore pyromanciens dont la passion pour les flammes devient inquiétante, nous aimons affûter nos lames, dépoussiérer nos plus puissants grimoires et partir ensemble, relever les plus grands défis de ces terres ...

Si Partage, Plaisir et Courage sont autant de mots que vous portez en étendard... Si l'envie vous prend de vous investir pour le salut de Telara et le respect de nos valeurs... Alors cessez d'hésiter et entrez .... Votre place est certainement parmi les nôtres ...

Tableau de chasse
Derniers sujets
» TIREUR D'ÉLITE - Marksman
Aujourd'hui à 20:38 par Louvinette

» SABOTEUR - Saboteur
Aujourd'hui à 19:51 par Louvinette

» DANSELAME - Bladedancer
Aujourd'hui à 19:29 par Louvinette

» ASSASSIN - Assassin
Aujourd'hui à 17:55 par Louvinette

» MARCHOMBRE - Shadeborn
Aujourd'hui à 16:26 par Louvinette

» Etre voleur au sein de l'Ordre Draconique
Aujourd'hui à 15:27 par Louvinette

» Je suis voleur, quelles sont mes options ?
Aujourd'hui à 13:12 par Louvinette

» LAME NOIRE - Nightblade
Aujourd'hui à 11:39 par Louvinette

» Patchnotes!
Jeu 13 Sep - 11:16 par Louvinette

» Petites news et changements à venir..
Sam 8 Sep - 11:08 par Moystia

» Reprise des activités septembre 2018
Lun 3 Sep - 19:41 par Moystia

» LETTRE DE CANDIDATURE
Mer 22 Aoû - 22:05 par Venros

» Luthien, l'elfe renfermée.
Mar 21 Aoû - 1:00 par Elriana

» Campagnes RP passées et à venir
Dim 19 Aoû - 22:01 par Moystia

» Venros niveau 62
Dim 19 Aoû - 21:03 par Moystia

Venez découvrir RIFT avec nous
Les posteurs les plus actifs du mois
Louvinette
 
Moystia
 
Elriana
 
Atys
 
Valir
 
Agonisse
 

Partagez | 
 

 Moystia - De flammes et de larmes

Aller en bas 
AuteurMessage
Moystia
Admin
avatar

Messages : 2413
Remerciements : 118
Humeur : Volcanique

Feuille de personnage
Ethnie: Elfe
Alignement: Chaotique Bon (Rebelle)
Vocation: Mage

MessageSujet: Moystia - De flammes et de larmes   Mar 22 Avr - 20:13

Partie 1

[Dans les archives appartenant aux anciens maîtres de l'Académie de Vif-Argent se trouve un dossier scolaire d'une épaisseur inhabituelle. Sur sa couverture, le nom originel rendu illisible par des ratures à laissé place à cet unique mot : "Moystia". Les premiers feuillets semblent être un dossier scolaire aux multiples entrées tracées avec élégance par l'archimage de l'époque.]

- Arrivée d'une jeune fille de marchand à l’académie. Propre et en bonne santé l'élève semble venir d'une famille modeste tout en faisant preuve de manières irréprochables. Particulièrement timide elle semble naïve et lente d'esprit. Les frais de scolarités ont été versé par le père pour l’entièreté du cursus. Ni lui ni le corps enseignant ne semble comprendre le souhait de l'enfant de nous rejoindre. N°08864.

- L'élève 08864 a validé avec succès sa première année d'étude. Son apparente timidité semble plutôt cacher un esprit d'analyse et une maîtrise de soi profonde. Un tel calme reste étrange chez une élève de son age. Peu d'interactions sociales avec ses camarades, elle passe la plus grande partie de son temps à étudier des livres d'histoire. Semble posséder une intelligence vive et une grande mémoire éveillant un grand intérêt au sein du corps enseignant.

- L’élève 08864 a choisi le cursus Sanitaire. Elle semble s'être trouvé une passion pour la botanique et la chloromancie. Réagit avec trop de sensibilité à la magie offensive. Échec aux examens de stratégie militaire par manque total d’intéressement ayant largement les capacités intellectuelles requises pour cette matière.

- Incident lors des travaux pratique de Necrologie impliquant l’élève 08864. Celle ci a quitté brutalement la salle refusant d'y retourner et invoquant un "blocage moral". L'élève a donc été renvoyée du cours et une lettre d'information envoyé au père.

- L'élève 08864 a validé son premier cycle d'étude avec des résultats mitigés. Elle a majoré en Chloromancie, Alchimie, Histoire, Poesie et Sciences de la nature. Échec dans les matières suivantes : Pyromancie et toutes les magies de combat, Enchantements.
Sa retenue morale est un frein total à ses capacités intellectuelles et une réelle déception pour le corps enseignant. L’acompte versé à l'arrivé comprenant un cursus complet, elle est néanmoins admise en deuxième cycle.

- Une lettre est arrivée annonçant un décès dans la famille proche de l'élève 08864. Son retour à l'académie est donc retardé d'un an. Un certain soulagement pour notre équipe qui doute la revoir un jour. Je me suis permis de lui écrire une missive lui apportant notre soutien et la dirigeant vers un métier d'archiviste ou de médecin de campagne.

[Les feuillets suivants semblent plus récents de quelques années]

- Une jeune femme s'est présenté ce matin comme étant l'élève 08864 et invoquant son droit au cursus de second cycle. J'ai du mal à reconnaître dans cette femme à la posture orgueilleuse notre petite botaniste d'il y'a 7 ans. La charte m'interdit cependant de refuser sa réinsertion, même après tant d'années.

- L'élève 08864 a réussi avec succès les examens d'entrée pour le cursus militaire. Elle semble animée d'une volonté de fer  et manipule avec brio une forme pure de pyromanie. Elle refuse néanmoins toute référence aux événements vécues durant ses années d'absence et a officiellement renié son patronyme familial pour prendre le nom de Moystia. Le corps enseignant est partagé a son sujet, certains la jugeant orgueilleuse et dangereuse d'autres se félicitant de sa maturité et de ses facultés. Je garderais un oeil sur cette rage qui semble se le point de la submerger afin de m'assurer qu'elle ne représente pas un danger pour cette institution.

- L'élève 08864 a majoré toutes les matières que propose l’académie lors de ces examens finaux. Son caractère colérique et son orgueil lui ont valu de nombreux ennemis parmi ses camarades de promotion bien que derrière cette façade je semble discerner la douceur de l'enfant emprunte d'une immense tristesse.

- J'ai offert a Moystia la chaire de Pyromancie. Bien qu'elle ne soit pas des candidats celle avec les meilleurs compétences d'enseignement je préfère garder un œil sur son avenir de peur que sa quête de pouvoir ne la pousse à rejoindre les cultes draconiques.

- Les mois semblent avoir appris à Moystia à enfouir sa rage et tempérer son caractère. De nombreux incidents sont hélas déclarés dans ses cours, ses techniques d'enseignements semblant faire fi de tout apprentissage théorique et notions de sécurité. Sur le plan personnels d'aucuns ont réussi à percer ses défenses pour se lier d'amitié avec elle. Bien qu'elle semble attirer la convoitise de nombreux hommes de l’académie, notre jeune pyromancienne n'a d'yeux que pour ses livres.

- Moystia m'a demandé conseil sur de vielles questions d'histoires Eths et sur la flore des Plaines arides. Bien que je lui ai ouvert tout mon savoir elle ne semble pas satisfaite et ne veux pas parler de la raison de telles recherches. Elle semble particulièrement épuisée et malheureuse bien qu'elle ne laisse rien paraître à ceux ne la connaissant pas comme je peut le faire. Je tente au mieux de garder le contact avec elle et nos soirées sont riches de discussion enflammées ne dépassant hélas jamais le cadre des arcanes.

- C'est le cœur serré que j'ai dut renvoyer définitivement ma jeune protégée de l'académie. Son dernier cours ayant résulté à l'embrasement d'une aile entière du bâtiment B je n'ai put soutenir sa cause auprès de la commission. C'est peiné que je la vois partir avec un profond sentiment de gâchis de ce qui fut une si belle âme. Nos adieux m'ont laissé revoir ma jeune botaniste alors que se dévoilant quelques instants j'ai put la serrer dans mes bras avec la promesse de nouvelles de sa part.

[S'en suis une série de feuilles semblant être les copies d'une correspondance s’étalant durant plusieurs années. En voici quelques extraits.]

Moystia,
J'ai appris que tu avais rejoint l'armée régulière de Sanctum. J’espère que tu trouvera des défis à la hauteur de tes talents, une mage tel que toi ne peut qu'être appréciée sur le champ de bataille.
Bon courage,
M.B

Ma chère Moystia,
L'annonce de ta promotion au rang de Capitaine ne m'a pas étonné, je sais ton cœur assez doux et ta main assez ferme pour commander des hommes.
J’espère encore que ce qui te fait courir en première ligne n'est que l'amour de Telara et l'envie profonde de la défendre. Et en aucun cas la haine et le désespoir qui semblent recouvrir ton âme.
Tes hauts faits ne me sont pas inconnus, le nom de ton unité étant prisé des bardes de la clairière d'Argent. A chacune nouvelle ballade comptant ton courage je ne peut m’empêcher de penser que ça n'est pas la gloire que tu recherches mais seulement une occasion d'en finir avec cette douleur que tu caches.
Les veilleurs ont d'autres destins pour toi que les pleurs et la violence.. j'ai d'autres espoirs pour toi.
Tu sais ce que je désire,  pense y quand s'abattra ta rage et reviens à mes côté enseigner la beauté de ce monde à ceux qui en seront les futurs piliers.
Avec tout mon affection,
M.B


Mon colonel,
Parce que c'est ainsi que même moi, ton vieux maître, doit t'appeler n'est ce pas?
Qu'en est t'il de tes recherches? de tes projets et de tes rêves?
Est ce que la Danse-Flamme sait faire aussi danser le cœur des hommes?
Je te joint les ouvrages que tu m'a commandé dans ta dernière missive, rien ne pouvait me faire plus chaud au coeur que de te voir reprendre les voies de la chloromancie.
Ne soit pas tant tourmenté par la guerre et tes actes, n'oublie pas que le vrai ennemi se terre au delà du voile.
Je ne peux que te conseiller de laisser la rancœur dans les rues de Sanctum  et Meridian. Si notre peuple se déchire, apprend à garder ton cœur entier et intègre.
Prends soin de toi, j'aimerais tant te revoir sourire,
Avec toute mon affection,
M.B

Mon enfant,
Je me permet de t’appeler de la sorte car j'ai put enfin comprendre la plaie qui te déchire. Quel ne fut pas ma surprise en consultant de vielles archives civiques de voir inscrit au registre des défunts le nom de ton père et de sa famille. Pourquoi ne m'as tu pas ouvert ton cœur à ton retour? Pourquoi tans d'années de souffrance et d'errance?
Pourquoi laisser la douleur effacer la joie et surtout d'ou vient cette culpabilité qui ronge tes rêves?
Tu n'a plus que moi maintenant, un vieux sage aveugle incapable de guérir un mal que tu refuse d'accepter.
Quel que soit la faute que tu pense avoir commise tu a mille fois payé la dette que tu t'es imposée. Laisse les autres combattre et reviens moi..
Je t'en prie..
M.B


[La liasse de document laisse place à un unique feuillet imprimé et tamponné du sceau de Sanctum. Il s'agit d'un avis de décès adressé à l'académie comme unique relation vivante de la victime. Le texte fait un hommage court et sans relief du courage du Colonel Moystia décédé lors d'une escarmouche contre le plan du feu. Au dos son griffonnés ces quelques mots d'une écriture tremblante : ]

"Même la flamme craint la cendre.."

[Plié dans la reliure du dossier se trouve un dernier billet, comme arraché d'un journal intime et semblant dater d'à peine quelques années. L'écriture est celle d'un vieillard difficilement lisible et retrace une étrange rencontre.]

"Les veilleurs ramènent  peu à peu les élus a nos côté et mon académie se remplie d'âmes sans age arraché à leur repos pour revenir combattre l'horreur des plans.
Les années ont passées et je pensais m'éteindre ainsi, à regarder l'enfer se déchainer sur cette terre que j'ai tant aimé. A regarder l'espoir renaitre dans les veines de ces héros.
Mais les cinqs sont cléments et ma chance intacte. Ils m'ont offert un dernier souffle d'espoir, un dernier instant de joie.
Elle m'est revenue, plus belle que jamais, plus forte qu'aux plus sombre heures et apaisée.. si apaisée.  Alors qu'elle réapprend petit à petit ce qu'elle sait déjà par coeur je sais que dans son âme la souffrance du passé a sut bâtir un bouclier. Je l'ai vu rire.. ma Danse-flammes, élue des veilleurs."

_________________
Archimage & pyromancienne

« Pour le lâche, le feu est un danger. Pour l'imbécile, le feu est un outil. Pour moi, le feu est une arme, un ami, un état d'esprit, et les courageux brûlent aussi vite que les lâches. »


Dernière édition par Moystia le Lun 4 Mai - 17:48, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Moystia
Admin
avatar

Messages : 2413
Remerciements : 118
Humeur : Volcanique

Feuille de personnage
Ethnie: Elfe
Alignement: Chaotique Bon (Rebelle)
Vocation: Mage

MessageSujet: Re: Moystia - De flammes et de larmes   Ven 20 Juin - 14:07

Partie 2

[Troisième année après renaissance, un soir au Refuge colonial]

La nuit était tombée sur la ruche Kazz'Gfuu  inondant l'oasis voisin d'ombres délicatement sculptées. Le désert se ressourçait peu à peu de la fraîcheur nocturne et rien ne venait perturber la danse affairée des rongeurs abrités sous la grande maison de bois. Une souris téméraire s'attaquait patiemment au filet recouvrant le plateau de fromage de la cuisine, inconsciente du danger que représentait pour un si petit corps le fait de dérober la nourriture d'une elfe colérique. L'animal avait finalement réalisé un trou suffisamment grand pour se glisser vers son trésor quand un cri résonna à l'étage faisant sursauter la voleuse. Le hasard voulu que l'animal posa la patte sur le plateau de fromage ce qui eu comme conséquence inattendue de la transformer en un petit tas de cendres affamées.

Dans sa chambre Moystia ouvrait les yeux le corps couvert de sueur et l'esprit encore enflammé des visions de son cauchemars. Repoussant les draps marqués de nombreuses brûlures, l'elfe se leva tremblante. La nuit était claire et les astres éclairaient de leur lumière douce le mobilier tranquille de la maison. Descendant à la cuisine, Moystia se servi un verre d'eau glacée balayant machinalement de la main un petit tas de poussière à côté de son garde-manger, inconsciente du drame qu'elle avait déclenchée quelques minutes plus tôt.

L'elfe tachait de se rappeler chacune des images de sa vision, imprimant dans sa mémoires chaque lieu et chaque détail.

Elle se tenait devant une ville flamboyante d'une beauté farouche, le plan du feu rayonnait à ses pieds et devant elle se prosternaient ceux qu'elle avait réduit en esclavage. Elle régnait sur S'maw'g et son pouvoir semblait infini quand sortie de nulle part une ombre apparaissait soudain et tout se brouillait. Ne laissant derrière lui que flammes et destruction, Maelforge punissait ses pairs d'un nouveau cycle de destruction.

L'image suivante la montrait en Telara spectatrice de la chute de l'empire Eth. Au sommet d'un tas de corps carbonisés elle regardait en riant ces êtres inférieurs tacher d'échapper à leur destin alors que chacun des sacrifices qu'effectuait son armée faisait bouillir son sang d'une puissance nouvelle.

Le temps semblait se plier de nouveau et la vision la placait au cœur d'une forêt sans age peuplée de ces créatures frêles et stupides que sont les hauts-elfes Telariens. Sa garde personnelle de gobelins avait rasé quelques villages dans un raid punitif et l'on lui ramenait les otages afin d'alimenter ses rituels. Parmi le groupe d'inférieur prostrés les yeux vers le sol, une jeune fille serrait dans ses bras un bambin larmoyant en la fixait d'un regard apeuré. Il y avait dans ces yeux verts quelque chose d’inhabituel. Derrière la terreur et la haine qu'elle inspirait à chacune de ces victimes, cette enfant semblait consciente de sa puissance, presque curieuse.

Levant le bras pour arrêter un instant ses gardes de leur odieuse besogne elle se redressa vers l'enfant et, la faisant ployer sous son regard de braise insuffla dans son esprit ces paroles prophétiques:
"Je vais détruire ton peuple, réduire ta terre en cendres et les ruines de ce monde alimenterons la folie destructrice de mon maître. Vous ne pouvez pas nous arrêter... Contemple l'unique pouvoir et le seul avenir possible: ce qui ne se dressera pas à mes côtés sera cendres et oubli. Si il n'y a pas d'autre voie que le pouvoir ou le désespoir, à quoi bon lutter?". L'enfant hocha la tête avec calme et jetant un dernier coup d’œil sur les restes fumants de sa famille et de son village se redressa intimant à son compagnon l'ordre de calmer ses pleurs.

"Sacrifiez les tous!" Elle s'appuya contre son trône et désignant les deux enfants d'un geste à son intendant gobelin; "Gardez ces deux la en vie, ils me serviront.."


Dans un geste de colère Moystia lança son verre vers l'évier le regardant avec surprise exploser sous le choc. Avec un soupir elle sorti dans la fraîcheur nocturne vers le calme relatif qu'apportait le bord de son bassin.

Tout cela n'avait aucun sens, ces souvenirs ne lui apparentaient pas. Elle était une élue des veilleurs qui œuvrait pour le salut de Telara! Si cette condition faisait d'elle une arme destinée à la guerre, pourquoi les veilleurs ne lui avaient pas offert l'oubli? A quoi bon servait une renaissance si l'on restait enchaînée aux douleurs du passé? S'était t'elle a ce point enfoncée sur le chemin interdit que Sa conscience avait recouvert la sienne? Ou n'était ce là que le fruit de sa culpabilité lui rappelant sans cesse sa lâcheté?

Laissant tomber ses vêtement au sol elle plongea d'un coup dans le bassin laissant l'eau fraîche détendre son corps brûlant. L'eau lui apportait une sérénité bienvenue et sa présence l'aidait à maîtriser les sentiments qui la consumait.

Il était grand temps d'agir.. mais comment? Tout semblait se dresser entre eux..

Sortie du bassin, Moystia regardait les rayons de la lune jouer sur sa peau fine encore épargnée par les marques de l'age. L'eau faisait miroiter son corps soulignant les courbes de sa musculature alors que la jeune femme s'installait sur sa chaise longue, dépliant ses jambes avec élégance.
"Une arme, taillée pour le combat... rien d'autre.." L'elfe poussa un long soupir fermant les yeux sur ce monde.

"Il va me falloir encore de nouveaux draps, ça va finir par faire jaser.." pensa t'elle avant d'abandonner ses pensées à leur vagabondage habituel et son corps épuisé au sommeil.

_________________
Archimage & pyromancienne

« Pour le lâche, le feu est un danger. Pour l'imbécile, le feu est un outil. Pour moi, le feu est une arme, un ami, un état d'esprit, et les courageux brûlent aussi vite que les lâches. »


Dernière édition par Moystia le Lun 28 Mar - 19:02, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Moystia
Admin
avatar

Messages : 2413
Remerciements : 118
Humeur : Volcanique

Feuille de personnage
Ethnie: Elfe
Alignement: Chaotique Bon (Rebelle)
Vocation: Mage

MessageSujet: Re: Moystia - De flammes et de larmes   Lun 27 Avr - 21:18

Partie 3

[Quatrième année après renaissance, au Domaine de Braise]

L'air se brouilla un instant alors que Moystia apparaissait sur le ponton de pierre. Rangeant son générateur de portail dans son sac, la jeune elfe sauta joyeusement sur les pierres la menant au palais.

Pourquoi continuer d'utiliser le ponton alors que le bateau ne sort plus depuis des mois? Il faut croire que malgré la magie et la technologie les habitudes ont la vie dure et que rien ne remplace jamais le plaisir de rentrer physiquement à la maison!

A la maison... Nul lieu de Telara ne prévalait celui ci. Elle avait beau avoir construit plusieurs demeures, souvent plus belles et plus riches que ce palais. C'était là, et uniquement là, qu'elle se sentait entièrement chez elle. Elle avait mis en location les autres, ne voyant plus l’intérêt d'entretenir des lieux qu'elle ne comptait pas habiter et gardait pour elle les couleurs de son île et la tranquillité de sa tour. Elle avait fini de errer et de se questionner, elle rentrait à la maison.

L’elfe sourit largement en passant devant son piano flambant neuf et fit courir rapidement ses doigts sur le clavier en une petite mélodie gaie. Le marbre avait t'il toujours été aussi étincelant? Le soleil si doux et la brise si agréable?

Rejoignant sa chambre, Moystia laissa tomber son sac sur le sol se regardant un long moment dans le miroir. Sa peau semblait légèrement plus foncée, pleine de vie et d’énergie. Sa tenue de cuir turquoise maculée de terre lui donnait un air étrangement différent, moins strict et sévère que ses armures impeccables.

La légate avait t'elle finalement décidé de vivre?
Elle avait erré si longtemps rongée par le doute et le questionnement sans être capable de s'affranchir de son passé. Et pourtant il avait suffit de si peu, d'une montagne auquel du pied elle avait toujours vécue et du coup de main du kelar-eth pour bouleverser irrévocablement son existence.

Moystia retient un petit rire, imaginant un instant la tête que ferait Sadar si il découvrait ce surnom. Comment il avait put en un sourire trouver la réponse à toutes ces questions était encore un mystère.. C'était lui qui avait sur le mener jusqu'au cœur du volcan, lui qui avait montré les lignes, lui qui lui avait donné le courage de laisser la peur derrière.

Lui? Mordrahan plus exactement, il tirait les ficelles depuis le début et ses actions n'étaient que le fruit de ce qu'il soufflait. Était ce étrange? Peut être.. mais cette idée ne faisait que lui réchauffer le cœur.

Étendant les mains devant elle, l'elfe regarda avec délice les étincelles courir entre ses doigts. Elle y été retournée seule. Et chaque fois que la vague de magie la frappait elle sentait ses anciennes peurs et ses anciens doutes perdre de leur substance, laisser place à une assurance qu'elle n'avait jamais connu.

Peu importe qu'elle n'ai pas encore résolu le dessein que les Veilleurs avaient pour elle, peu importe que l'avenir reste si fragile: elle avait maintenant un but.

Depuis quatre ans elle était une élue sans en comprendre le sens... plus maintenant! Elle avait senti le cœur de Telara entre ses mains, elle avait pris la mesure de sa puissance et de son destin. Elle n'avait plus a craindre les douleurs et les faiblesses de son passé parce que ces souvenirs appartenaient à une vie qui n'avait plus d'emprise sur elle. Elle était élue des veilleurs et sa puissance n'avait comme limite que son manque de connaissance. Elle apprendrait, elle avait tout le temps pour ça..

Il lui restait l’éternité et elle comptait bien l'utiliser dans ce seul but : préparer son corps et son esprit pour l'étape suivante. Le jour viendra ou elle devra s'élever pour modeler le monde à son image comme avaient put le faire les veilleurs, ce jour elle deviendrait l'égale des dieux.

Retournant à son sac elle sorti avec précaution le fruit de sa récolte et l'étala sur le lit. Elle avait passé l'après midi à arpenter les plateaux d'Ombrelune et ça faisait une vie qu'elle ne s'était pas sentie aussi bien. Elle qui fuyait la solitude comme son pire ennemis avait décliné toutes les invitations de ses compagnons pour partir seule explorer ce monde qu'elle aimait tans. A quel moment avait t'elle oublié la beauté de la fleur de Tournehaillon? La souplesse du minerais d'or ou le parfum de l'Ombresang? A quel moment s’était t'elle a se point perdue qu'elle avait considéré qu’être seule était le pire des fléau? Que ne pas être aimée en retour était son plus grand échec?

La puissance de Telara coulait maintenant dans ses veines et elle était complète.  L'avenir s’annonçait brûlant...

_________________
Archimage & pyromancienne

« Pour le lâche, le feu est un danger. Pour l'imbécile, le feu est un outil. Pour moi, le feu est une arme, un ami, un état d'esprit, et les courageux brûlent aussi vite que les lâches. »
Revenir en haut Aller en bas
Moystia
Admin
avatar

Messages : 2413
Remerciements : 118
Humeur : Volcanique

Feuille de personnage
Ethnie: Elfe
Alignement: Chaotique Bon (Rebelle)
Vocation: Mage

MessageSujet: Re: Moystia - De flammes et de larmes   Lun 28 Mar - 19:07

Partie 4


[A l'aube de la cinquième année après renaissance, à la cité draconique]

Assise sur le banc devant sa maisonnette, Moystia regardait la cité s'affairer une tasse de thé à la main. Voilà près de 6 mois qu'elle avait renoncé à son poste de légate et environ trois mois depuis son dernier passage dans ces rues. Inspirant un long moment le calme qui y régnait, elle sourit doucement. Il lui avait fallu ce long voyage, ces quelques temps à vivre au sein d'étrangers, pour ce rendre compte de ce qu'elle avait sous les yeux. Tout lui semblait si familier et en même temps si nouveau et brillant. Shanor avait troqué ses grelots contre des livres de stratégie, les squelettes d'Atys étaient de véritables chefs de chantiers, les visages nouveaux attisaient sa curiosité, le ballet éternel de Kwali faisait voler les feuilles mortes... Tout ces élus étaient devenus au fil des années les pages d'un même livre.

"Qu'est ce que l'Ordre pour vous? pourquoi l'avoir abandonné?"

C'était un guerrier inconnu qui lui avait posé ces questions la veille. Elle ne l'avait jamais croisé auparavant mais il semblait bien connaitre son histoire personnelle. Qu'est ce que l'Ordre pour elle? La réponse lui semblait évidente: un phare, une famille, sa maison. L'endroit ou elle pourrait toujours rentrer pour y trouver ce qui existe nul part ailleurs: une histoire aussi riche qu'inachevée.

Est ce qu'elle l'avait abandonné? Ça n'était pas le sentiment qu'elle avait. Elle avait eu besoin de s'épanouir loin de lui comme il avait besoin de son absence pour se renouveler. Rien n'est plus précieux que la tradition mais rien n'est plus dangereux que l'immobilisme. Même pour les élus le temps passe et les défis changeants demandant en permanence de se renouveler. Grand bien nous fasse, aucun de nous n'a le pouvoir de stopper la course du temps.

S'étirant dans un rayon de soleil, elle pris une profonde inspiration avant de continuer son observation silencieuse. L'ordre ce matin sentait le printemps: léger, joyeux et plein de promesses. La lourdeur et la tristesse de l'hiver l'avait délaissé et la cité attendant un nouvel été qui n'allait rien avoir à envier aux précédents. Un été ou elle espérait avoir une place, loin de la gloire et des responsabilités. Comme une vielle tante, un petit lien vers le passé.

Faisant sauter dans sa main un petit cube de cuivre qu'elle était en train d'étudier, Moystia sourit franchement aux dalles de la place.
"Mordrahan t'aurais adoré petit cube... Il va me manquer atrocement mais lui aussi à le droit de trouver la paix. Je veillerais à ce que son nom reste à jamais parmi les grands de notre histoire et qui sait, peut être qu'un jour le printemps nous le ramènera aussi."

_________________
Archimage & pyromancienne

« Pour le lâche, le feu est un danger. Pour l'imbécile, le feu est un outil. Pour moi, le feu est une arme, un ami, un état d'esprit, et les courageux brûlent aussi vite que les lâches. »
Revenir en haut Aller en bas
Moystia
Admin
avatar

Messages : 2413
Remerciements : 118
Humeur : Volcanique

Feuille de personnage
Ethnie: Elfe
Alignement: Chaotique Bon (Rebelle)
Vocation: Mage

MessageSujet: Re: Moystia - De flammes et de larmes   Jeu 29 Déc - 10:52

Partie 5

[A l'aube de la sixième année après renaissance, au Domaine de braise.]

Installée à son bureau, les yeux perdus dans les reflets de la lune sur le lagon, Moystia se laisse envahir par ses souvenirs. Face à elle, la lettre suivante fini de sécher portant tout le poids de ces derrières semaines:

Cher Yvar, mon vieil ami.
J’espère que tu te remets peu à peu de ton emprisonnement par l'ordre de la Flamme au sein des tueurs de dragons. Leur train de vie et leurs coutumes devraient te rappeler ta vie avant les cultes et te permettre de travailler activement au bien de Télara, tel que tu le souhaitais en repentir. Je m'excuse de la rareté de ma correspondance mais les événements ici se précipitent et mon attention est perpétuellement retenue sur de nouvelles crises, de nouvelles batailles à livrer.
Depuis notre expédition et la destruction de l'occulon, nous avons sauvé la petite Kwali d'une fragmentation d'âme, découvert des livres millénaires, déjoué un complot d'élus et découvert l'arrivée de la comète ténébrénne.
Tu pourrais penser, mon vieil ami, que c'est assez d'aventures pour une vie mais hélas la menace ne cesse d'enfler et de nous porter dans des mondes nouveaux.
Qu'elle était simple, l'époque de la guerre contre les grands dragons! Chacun avait un nom, un but clair, un objectif. Les peuples étaient amis ou ennemis, les dieux divins et intouchables et Telara constituaient l'ensemble de notre monde. Et puis nous avons découverts les vieux continents et compris que notre guerre n'avait pas de sens, que les ennemis brisés pouvaient se relever et qu'il existait des pouvoirs au delà de notre imagination. Et puis nous avons envahi les plans, et découvert les vérités dérangeantes: Orphiels, Akvans, ténébréens, Aia.. nos adversaires ne sont plus de simples créatures mais des entités parfois plus vielles que le monde vivant et la notion de bien et de mal se brouille souvent dans une vapeur d'incertitude. Et maintenant la comète?  Ankhet? Lassé des plans notre voyage s'exporte maintenant aux confins du Cosmos? Nos adversaires n'on pas seulement des pouvoirs divins, ils sont divins! Et nous élus à la puissance grandissante, nous cherchons toujours à comprendre notre nature, notre immortalité, notre but dans la trame.
De sauveurs adulés nous sommes devenus envahisseurs, oppresseurs, ennemis. Certains ne se cachent pas de la haine qu'ils nous portent et les dieux eux mêmes sont condamnés pour nous avoir crées: nous, abominations perturbateurs de la trame céleste.
Et pourtant il nous faut continuer de vivre, de brandir les armes chaque jour pour essayer d'apporter à ce monde, si ce n'est son salut, au moins un jour de plus.
Je sais que les interrogations de ta dernière lettre étaient plus personnelles, ma brève missive annonçait le retour d'un ami cher d'entre les morts et tu t'inquiétais de l'effet que ca puisse avoir sur mon cœur. A ce sujet je ne pourrais te répondre précisément. Je crois que j'avais fini par faire mon deuil, accepter l'idée que les longues discussions nocturnes animées par le sifflement de la théière et le ronronnement des machines étaient des souvenirs. Je ne voyais plus en Sadar que le reflet de son père et le côtoyer m'était devenu moins douloureux.
Et puis il y'a eu l'appel de la tour.
Aux premiers instants, alors que mon cœur s'emballait il me semblait impossible que le destin nous accorde cette chance. Déchirée entre l'espoir et la fatalité je n'osais croire que son retour serait possible, m'attendant à de nouvelles épreuves, de nouvelles douleurs. Et puis il a fallu se rendre à l'évidence assis entre les livres et les bibelots du domaine alors que la scène se teintait d'habitudes, ma conscience acceptait enfin la vérité: les dieux avaient répondu à mes prières.
J'aurais aimé me jeter dans ses bras tu sais, ou le cribler de boules de feu pour avoir ainsi brisé mon cœur. Mais je suis restée digne et réservée, sage et compréhensive,  enfouissant le volcan sous un sourire amical et des paroles réconfortantes.
La théière siffle de nouveau, les machines tournent et les esprits s’éveillent à de nouveau mystères et quand la peur ou le doute me prend je lève à nouveau les yeux vers cette âme qui me comprend et je sais que j'y trouverait toujours soutient et paix. Mon roc contre la tempête, mon ami, allié de tout mes combats.
Mes dernières aventures ont mis mon courage à rude épreuve. Et alors que pour la première fois depuis ma renaissance j'ai vraiment ressenti la peur de mourir, une malédiction meurtri peu à peu mon corps. Je me rend compte à quel point il serait facile de baisser les bras, de céder à mon tour au désespoir.
Presque chaque pouvoir de l’existence semble vouer sa vie à la destruction de notre monde, à l'asservissement de ses peuples et à la création d'un nouvel ordre dans le cosmos. Alors pourquoi nous battons nous encore? Quelles croyances nous pousse chaque jour à vouloir repousser ce qui semble inévitable? A chercher à gagner une heure, un mois, un an, à cette terre qui fut la notre durant plusieurs vies?
Aia et ses suivants ont t'ils vraiment tord? Nous savons depuis longtemps que notre présence n'est pas naturelle et plus le temps passe et plus je me pose la question du bien fondé de nos actions.
Et puis je pose les yeux sur la cité Draconique et l'espoir et le désir renaît dans mon cœur. Je vois mes compagnons rassemblés, prêt à braver les enfers les uns pour les autres. Je vois de nouvelles têtes n'hésitant pas à placer leur confiance et leur vie entre nos mains. Je vois les mortels chanter, courir, créer de leurs doigts des merveilles et toujours travailler, sans relâches à ce que demain soit meilleur. Et je ne peux que ressentir de la fierté, et l'envie profonde de voir tout ça perdurer, même un jour de plus, même au prix de ma propre vie.
Continuons à nous battre chaque minute, mon vieil ami, ne fermons pas notre cœur à la beauté qui anime ce monde et à la puissance des petites choses, des petites gens. Tans que nous resterons décidé à ne voir que le bon, le juste et le brillant, l'espoir ne cessera jamais de gonfler notre cœur. Alors oui, nous serons critiqué, rejetés, traités d'abominations, d'illuminés, parfois même d'idéalistes. Mais si au fond de nous nous avons la force d'assumer nos décisions, tout cela coulera sur nous comme la la flamme sur le métal. Réparatrice, régénérante, le laissant plus fort et plus brillant.

Que les dieux te gardent mon ami, que les étoiles aiguisent ton esprit et que ton bras reste vaillant.
Je dois repartir livrer de nouvelle guerres mais je te promet que je tacherais de trouver le temps de faire quelques pas dans le désert à tes côtés.

A très vite,
Moystia.

_________________
Archimage & pyromancienne

« Pour le lâche, le feu est un danger. Pour l'imbécile, le feu est un outil. Pour moi, le feu est une arme, un ami, un état d'esprit, et les courageux brûlent aussi vite que les lâches. »
Revenir en haut Aller en bas
Moystia
Admin
avatar

Messages : 2413
Remerciements : 118
Humeur : Volcanique

Feuille de personnage
Ethnie: Elfe
Alignement: Chaotique Bon (Rebelle)
Vocation: Mage

MessageSujet: Re: Moystia - De flammes et de larmes   Jeu 27 Avr - 13:34

Partie 6

[ Six ans après Renaissance, au domaine Imari ]

Dans sa chambre à la villa, Moystia ne parvenait pas à trouver le sommeil. La pièce n'était animée que de la respiration régulière de l'eth à ses côté et du vacillement de la flamme émise par la lanterne de Mariel Taun. La veilleuse renvoyait à l'elfe une aura réconfortante qui luttait avec l'inquiétude qui lui occupait l'esprit.

La soirée avait été belle. Elle avait enfin accompli un de ses plus anciens objectifs et les portes du savoir renégat lui étaient maintenant ouvertes.
Depuis sa renaissance dans les bras de la messagère des veilleurs elle n'avait eu d'autre but que d'essayer de comprendre et d'apprendre tous les mystères qui régissent notre cosmos. Elle avait commencé par le savoir de Sanctum, par l'exploration et la découverte de toutes les terres accessibles, par l'apprentissage de toutes les magies et de toutes les coutumes mais cela ne suffisait plus.
Depuis quelques années déjà elle avait contourné les interdictions de Sanctum pour se pencher sur la technomagie, cherchant à atteindre dans cette discipline une compétence plus poussée que n'importe lequel de ses pairs.
Mais les meilleurs secrets lui avaient été interdits du simple fait de sa naissance et cette idée l'avait toujours révulsée.
Il semblait que pour être née du mauvais côté de la mer, pour avoir le teint un peu trop clair elle serait réduite à rester sur le seuil de la connaissance? C'était inacceptable!

Elle croyait en la paix plus que quiconque, non pas comme les idéalistes qui souhaitaient voir un nouvel ordre s'élever en gommant toute différences entre les peuples. Elle, elle y croyait avec une objectivité froide.
On était tous différents, avec nos coutumes et notre histoire et perdre cette identité ne ferait qu’appauvrir nos connaissances. Elle ne voulait pas faire disparaître Gardiens et Rénégats, elle était juste partisane du choix et de l'absence de préjugés.
Pour elle, les faits et le mérite devraient être le seul critère pour décider qui était digne de quelle connaissance. Elle était là pour prouver que rien n'était impossible à celui qui était prêt à se battre pour ses convictions.

Et elle l'avait fait! Elle, haute elfe de Tavril, ancienne adepte de Maelforge, général pour un temps des armées de Sanctum était maintenant officiellement une fille d'Orphiel, gardienne de Meridian.

Moystia fait tourner entre ses doigts le sceau attestant son nouveau statut alors que les images de la cérémonie reprennent le pas sur ses pensées. Comme un voile par dessus l'euphorie du moment, elle ne pouvait oublier le regard d'Elodril, et sa validation lâchée du bout des lèvres.
Elle ne pouvait s'empêcher de penser qu'elle l'avait trahie d'une certaine manière, en ne prenant pas en compte l'attachement profond de la consule pour les anciennes traditions. Toute portée qu'elle était vers le futur et l'évolution, elle avait une fois de plus manqué de tact vis à vis des plus croyants de ses compagnons.

Pourtant elle avait insisté sur le fait que rien ne changerais dans sa foi ou dans ses valeurs, et que la science et la tradition n'étaient en rien incompatibles. Elle avait tenue à impliquer la consule et à lui demander officiellement son autorisation pour lui rappeler qu'elle restait malgré tout sa chef et sa référence. Elle avait toujours fait passer son allégeance à l'Ordre draconique avant celui à Sanctum et cela ne changera pas.

Quoi qu'il en soit, elle était maintenant à la fois Gardienne et Renégate, une situation sans précédent qui laissait présager un futur riche en rebondissements.

_________________
Archimage & pyromancienne

« Pour le lâche, le feu est un danger. Pour l'imbécile, le feu est un outil. Pour moi, le feu est une arme, un ami, un état d'esprit, et les courageux brûlent aussi vite que les lâches. »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Moystia - De flammes et de larmes   

Revenir en haut Aller en bas
 
Moystia - De flammes et de larmes
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les larmes
» Verser des larmes
» EUGENIE LES LARMES AUX YEUX
» Verser des larmes
» les flammes jumelles

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: La Grande Bibliothèque :: Le Mur des Légendes (BG)-
Sauter vers: