AccueilPortailMembresGroupesRechercherCalendrierS'enregistrerConnexion
Video Anniversaire
Recrutement

Que vous Soyez un Voyageur, une jeune Elue en quête d'aventures ou un simple curieux, Soyez le bienvenu dans notre Antre ... .

Fiers bretteurs, forts en gouaille, fervents disciples de Mariel Taun ou encore pyromanciens dont la passion pour les flammes devient inquiétante, nous aimons affûter nos lames, dépoussiérer nos plus puissants grimoires et partir ensemble, relever les plus grands défis de ces terres ...

Si Partage, Plaisir et Courage sont autant de mots que vous portez en étendard... Si l'envie vous prend de vous investir pour le salut de Telara et le respect de nos valeurs... Alors cessez d'hésiter et entrez .... Votre place est certainement parmi les nôtres ...

Tableau de chasse
Derniers sujets
» Sept années draconiques!
Aujourd'hui à 12:24 par Mordrahan

» Le port de Vérivage
Lun 23 Avr - 19:26 par lidocaïne

» guilde l'ordre draconique [refusé]
Lun 23 Avr - 8:11 par Marielea

» Candidature Nafiros [accepté]
Sam 21 Avr - 11:16 par Moystia

» Patchnotes!
Ven 20 Avr - 13:11 par Louvinette

» Quelle est ma voie?
Jeu 19 Avr - 22:24 par Drogwin

» Candidature Hirashin
Jeu 19 Avr - 13:07 par Hirashin

» Concours de déguisements - Carnaval
Mer 18 Avr - 20:59 par Navia

» Architectes en folie !
Dim 15 Avr - 2:34 par Armïnde

» Petite introduction d'Andavaanan [accepté]
Sam 14 Avr - 19:02 par Moystia

» Un nain à la porte... [accepté]
Jeu 12 Avr - 20:21 par Moystia

» (iRoTP 4/4] Re-cuit le cui-cui!
Mar 10 Avr - 23:58 par Mordrahan

» Petites news et changements à venir..
Mar 3 Avr - 22:09 par Elodril

» [TD NM 1/4] A Bas-ligosh!
Mar 3 Avr - 22:08 par Elodril

» Index des artisans de l'Ordre - Volume III
Jeu 22 Mar - 21:42 par Elysiane

Venez découvrir RIFT avec nous
Les posteurs les plus actifs du mois
Moystia
 
Louvinette
 
Elodril
 
Navia
 
Drogwin
 
Armïnde
 
Atys
 
Andavaanan
 
Hirashin
 
Mordrahan
 

Partagez | 
 

 Naisshaa, une vie, des rêves

Aller en bas 
AuteurMessage
Naisshaa
Officier draconique
avatar

Messages : 356
Remerciements : 7
Humeur : Champêtre

Feuille de personnage
Ethnie: Elfe
Alignement: Chaotique Neutre (Esprit Libre)
Vocation: Voleu(r/se)

MessageSujet: Naisshaa, une vie, des rêves   Jeu 10 Oct - 18:09

Prologue : La fin d’un rêve.

Un énième coup de feu résonnait dans le bois d’Argent, troublant un peu plus l’étonnante tranquillité des lieux. […]

Inspiration. Expiration.

Mon cœur tambourinait dans ma poitrine, tandis que l’abomination relâchait finalement la pression de ses mâchoires décharnées sur ma jambe. Morte, son sang noirâtre se mêlait au mien, tandis que peu à peu d’étranges tâches lumineuses flottaient autour de moi…

Inspiration. Expiration.

Faisant fi des multiples entailles qui couvraient mon corps, je tentais de pousser le défunt sur le côté pour me relever…

Inspiration. Expiration.

Tremblante de toutes parts, j’utilisais le fusil de Père à la manière d’une béquille pour ne pas m’effondrer. Instinctivement, je tentais de rallier le village le plus proche en quête d’une aide salvatrice, souillant le sol de mon sang à chaque pas maladroit que j’esquissais.

Inspiration. Expiration.

- Gamine ! Bordel, que s’est-il passé ?
- Laisse-toi aller jeune elfe. Le plan de la mort te guérira de tous tes maux…
- Mais dit quelque chose !

Sous le choc, je poursuivais ma marche, muette, sous le regard médusé de l’homme.

Inspiration. Expiration.

Un premier groupe de combattants elfes vint à ma rencontre. Prenant position autour de moi, je fus mise en joue par les archers. Je me raidis et manquai par la même occasion de chuter… Sans vraiment savoir pourquoi, je souris, voyant en ces hommes une hypothétique aide.

Inspiration. Expiration.


- Ils… ils arrivent… les… morts, murmurais-je d’une voix grave entre deux inspirations.
- N’avancez plus, sang-mêlé, hurla pour toute réponse l’officier du détachement.

Inspiration. Expiration.

Mon sourire s’estompa lorsque, dans un ultime éclair de lucidité, je réalisais être l’ennemie désignée tandis que non-loin, les créatures des plans entamaient leur sinistre besogne. Subitement résignée, je laissais tomber le fusil au sol et priais la grande prêtresse pour que cette mascarade cesse. Au fond,
ils m’avaient toujours haïe…

Une salve de flèches scella mon destin et après un dernier pas de recul, je tombai lourdement au sol. Mes paupières se fermèrent lentement, écrasant une larme naissante, alors que les battements mon cœur divergeait du rythme de la vie pour finalement s’arrêter…


Pardon Père… Je… j’ai échoué.
Revenir en haut Aller en bas
Naisshaa
Officier draconique
avatar

Messages : 356
Remerciements : 7
Humeur : Champêtre

Feuille de personnage
Ethnie: Elfe
Alignement: Chaotique Neutre (Esprit Libre)
Vocation: Voleu(r/se)

MessageSujet: Re: Naisshaa, une vie, des rêves   Jeu 17 Oct - 18:17

Chapitre 1 : « Ouvrir les yeux »

Mon corps inerte avait été abandonné par la garde et gisait dans l’herbe devenue écarlate pour l’occasion. Bien que mon regard se soit éteint, que mon expression désabusée se soit figée pour l’éternité, mon cerveau n’avait de cesse de me renvoyer d’étranges sensations. J’avais froid, engourdie de toutes parts à la manière d’un malheureux pris dans le blizzard. J’avais faim aussi. Et quelque chose me démangeait atrocement. Etait-ce cela « mourir » ?


- Naisshaa ? Naisshaa ? Où es-tu encore cachée ?
- Mère ?

J’ouvrai brusquement les yeux, encore haletante, lovée au creux de cet arbre qui m’avait tenu compagnie l’après-midi durant. Bercée par la lumière tamisée de l’astre du jour, je peinais à retrouver mes esprits, m’attendant à chaque instant à voir l’un ou l’autre garde m’achever d’un trait bien placé. Une goutte de sueur glissa le long de mon visage.

- Calme-toi Naisshaa. Un cauchemar… Tout cela n’était qu’un cauchemar, pensais-je.

J’inspirais profondément évacuant définitivement le trop plein d’émotions et d’un bond agile, je descendais de mon perchoir souriante, sous le regard désapprobateur de Mère.

- Maître Aetril vous attend à la maison, jeune demoiselle. Nul doute que vous saurez lui expliquer vous-même la raison de vos absences répétées ces quinze derniers jours, me dit-elle d’une voix douce bien que ses traits trahissaient une certaine exaspération.

Je déglutis, m’imaginant sans mal Père m’attendre sur le pas de la porte, bras croisés en me fusillant du regard, comme il savait si bien le faire. Le silence retomba, alourdissant d’autant plus l’atmosphère. Plus j’avançais, plus cette marche ressemblait à la dernière d’un condamné à mort… Et inévitablement, nous arrivâmes à la maison.

Comme je l’avais prédit, Père était furieux et tournait comme un lion en cage. Aetril quant à lui me lançait l’un de ses petits sourires en coin entre deux gorgées de thé chaud. Mon estomac se nouait lentement tandis que je patientais debout, faisant face aux deux hommes, honteuse. Au bout de quelques secondes, Père stoppa sa marche et pivota dans ma direction.


- J’écoute, tonna t-il.
- Vous ne résoudrez pas tous vos problèmes en faisant l’autruche, jeune fille, ajouta Aetril.
- Je... Je ne veux plus y retourner, Père.
- QUOI ?

Et j’expliquais le calvaire qui était mien à l’académie, la haine exacerbée des autres étudiants à mon égard, le laxisme de la garde volontairement exagéré...

Un carreau se brisa subitement, interrompant un récit que mes parents connaissaient déjà par-cœur. […]

Vingt-sept ans auparavant, nul n’aurait parié sur l’improbable rencontre entre Arkùs, guerrier eth et Newäe, une jeune servante fuyant une Luxurya en ruines. Et l’amour qui en découla fit un scandale tel que les deux tourtereaux s’isolèrent de toute civilisation dans le Bois d’argent. Lorsqu’innocemment, je m’hasardais comprendre la raison de cet amour impossible, Père me répondait simplement « que l’amour du bois les avait réunis ».

Une chose était certaine : malgré notre bonne volonté, la rigide tradition primait et quoi que nous fassions, les autochtones n’avaient de cesse de nous rappeler à quel point nous étions différents… et indésirables.


Un peu plus tard.

Mon père m’avait demandé de le suivre à l’arrière de la petite propriété. Faisant face à une cible aménagée au fond du jardin, il m’avait demandé de lui apporter son matériel de chasse et se tournant enfin vers moi, lança :


- Naisshaa. Puisque tu ne souhaites plus étudier, je vais t’apprendre à te défendre. Par les temps qui courent, cela te sera utile bien plus tôt que tu ne l’imagines. Aussi te demanderai-je toute ton attention. Prend cet arc et mets-toi en position.

Je m’exécutais, bandais les muscles et attendais. Rapidement, je commençais à trembler de toutes parts, fatiguée, tandis que mon père se plaçait dans mon dos.

- La leçon est extrêmement simple. Main ferme, pied sûr, esprit vif… Regarde et apprend ma fille... Main ferme.

D’un geste habile, mon père me dépouilla de mon arme.

- Pied sûr.

Esquissant un pas de recul, il banda les muscles, prêt à tirer.


- Esprit vif.

Concentré, mon père regardait fixement sa cible, sourcils froncés. Une légère brise lui soufflait dans les cheveux. Au dernier moment, il pivota légèrement sur la gauche et lâchait finalement la corde. La flèche siffla, semblant dévier de sa destination avant qu’une bourrasque ne la ramène sur le pantin de bois. Les yeux écarquillés, je me tournais vers Père.

- Et maintenant, montre-moi ce que tu sais faire.


Dernière édition par Naisshaa le Ven 28 Mar - 2:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Naisshaa
Officier draconique
avatar

Messages : 356
Remerciements : 7
Humeur : Champêtre

Feuille de personnage
Ethnie: Elfe
Alignement: Chaotique Neutre (Esprit Libre)
Vocation: Voleu(r/se)

MessageSujet: Re: Naisshaa, une vie, des rêves   Jeu 27 Mar - 19:32

Chap 2 : « Prendre son envol »

Les jours, les mois passèrent depuis le soir où Père m’enseigna les trois principes de l’archer… Sous sa tutelle, je m’entrainais sans relâche au maniement des armes, principalement celles à distance et pour la première fois depuis des années, je faisais quelque chose qui me plaisait. A un détail près.

(chuchottement)
- Allez Naisshaa, abat ce cerf.
- Heu… d’accord
, marmonais-je d’un ton mal assuré.

Je sortais de ma cachette, derrière les buissons, et prenais position. Main ferme, pied sûr, esprit vif… La leçon ne cessait de résonner dans ma tête tandis que je fixais ma cible, prête à décocher le tir. Et le cerf tourna sa tête vers moi, plongeant son regard animal dans le mien… Prise d’une soudaine empathie, ma détermination à blesser cette innocente créature fondait comme neige au soleil.

- Qu’attends-tu à la fin ? Tire !
- Je.. je ne peux pas Pè…
- TIRE !


Sans grande conviction, je lâchais la corde. Traversant le feuillage du sous-bois, le trait poursuivit sa course jusqu’à s’empaler dans le tronc noueux d’un arbre bien loin de la cible originelle, permettant à la bête de fuir. Dans mon dos, je sentais Père s’approcher à grands pas en hurlant :

Ce n’est pas possible ! Comment as-tu pu le manquer, Naisshaa ? COMMENT ?

Je me tournais lentement vers lui, et lui lançais un regard désolé. Je voyais la pulsation caractéristique sur ses tempes trahissant la colère qui animait l’homme. En cet instant, j’avais simplement envie de devenir l’une de ces insouciantes poussières qui s’élevaient paresseusement du sol et de disparaître au premier souffle du vent.


Il… il .. était juste là à quelques pas et …

Mon estomac se noua. Le regard que me retourna l'eth finit de parachever la scène. J’y lisais une profonde déception teintée d’une détermination sans failles. Père venait de faire un choix dont j’allais bientôt en comprendre la portée.

Assez, trancha sèchement Père avant de tourner les talons et de m’abandonner en lieu et place.

Le temps que je ne réagisse vraiment à ce qu’il venait de se passer, l’homme avait disparu. Bien rapidement, je courais sur ses pas, essayant de le rattraper mais me laissant aller à un sentiment de panique, je me perdis dans l’étendue boisée. Abattue, je me laissais glisser contre un arbre. Cela ne pouvait se poursuivre ainsi…

Une poignée d’heures plus tard.

L’astre du jour tendait à décliner quand je poussais sans fierté la porte de la maison. Aux cris presque hystériques de ma mère, j’en déduisais qu’une autre dispute avait éclaté, dispute dont je devais – une fois de plus – être le sujet principal. A peine avais-je retrouvé le réconfort de la chaumière qu’
elle fondit sur moi et m’enlaça avec toute la force que lui prodiguait son amour maternel.

- Oh Naisshaa ! Pourquoi n’es tu pas rentrée avec ton Père ? J’étais tellement inquiète pour toi !
- Et après, tu t’étonnes encore que ta fille ne soit bonne à rien
, lança avec un dédain certain mon Père.
- Arkùs, s’écria Mère. L’elfe me lança ensuite l’un de ses regards emprunts d’une douceur infinie, celui-là même qui avait le don de me réchauffer le cœur même dans les moments les plus durs. Je suis sûre que notre fille a fait de son mi…
- Ta fille, corrigea l'eth. Et son entêtement à vouloir agir à son bon vouloir aura finalement eu raison de ma patience…

Alors que Père parlait, je sentais quelque chose en moi se déchirer. Je n’avais plus qu’une hâte : en finir avec cette discussion aux airs de réprimande, disparaitre dans la chambre partagée avec ma sœur, me recroqueviller dans un coin et pleurer. Pleurer toutes les larmes de mon corps sur l’autel de ma fierté mise à mal. Mais je n’en eus pas l’occasion car mon Père, impitoyable, exprimait alors le fond de sa pensée.

… Aussi, puisqu’elle semble vouloir me prouver que l’on doit accorder un quelconque crédit à son point de vue, qu’elle parte loin d’ici et vive sa vie comme elle l’entend. Je n’ai pas accepté de me terrer ici pour m’encombrer d’un poids mort.

C’en était trop. Bien malgré moi, tremblante, je laissais couler mes larmes retenues trop longtemps, miroir des émotions qui m’assommaient l’esprit.

- Un… p… poids mort
, murmurais-je en sanglotant. Ce... c’est faux… Je... je fais… de mon mieux… Je tombais à genoux aux pieds de l'eth et le regardais, implorante. Pè… Père… Pitié… ne m’abandonnez pas…
- Prends tout ce que tu veux ici, Naisshaa, tout ce que tu peux porter et vas t’en loin, très loin
, lança-t-il en se retournant. Désormais, seul le destin de ta sœur m’importe.

J’étais comme tétanisée, le souffle court. Mère voulut désespérément me venir en aide. Au moment où elle ouvrit la bouche, Père explosa et hurla un flot d’insanité que je ne voulais plus entendre. Je me relevais inconsolable et courut dans ma chambre. Malgré les injonctions de Mère immédiatement contredites par celles de Père, je rassemblais le peu de possessions que j’avais, mes livres relatifs à la médecine – mon domaine d’études à l’académie – et pris un couteau de chasse, l’arc de Père, une gourde et quelques vivres que je fourrais maladroitement dans un sac. Et je quittais la maison en trombe, sans me retourner, larmoyante.

C’était ainsi qu'au crépuscule de mon adolescence, j’embrassais l’incertitude de ma nouvelle vie…


- Nai’ ! Naiiiiii’ ! Où tu vaaaas ? Mais… attends-moi !
- Alhy, que fais-tu là ? Tu devrais être à la maison
, lançais-je sans conviction en essuyant mes larmes.
- Et puis pourquoi tu pleures ?
- Pour rien. Rentre, s’il te plait. Mère va s’inquiéter.
- Non je veux venir avec toi.


Je poussais un long soupir, résignée et poursuivis ma marche vers le néant. Ainsi, j’embrassais l’incertitude de ma nouvelle vie, ma petite sœur sur les talons.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Naisshaa, une vie, des rêves   

Revenir en haut Aller en bas
 
Naisshaa, une vie, des rêves
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: La Grande Bibliothèque :: Le Mur des Légendes (BG)-
Sauter vers: